Trafic aérien : l’IATA revoit à la baisse ses prévisions à 20 ans

Avion Boeing 747 à l'atterrissage à Londres Heathrow - Source : Heathrow Airport

L’Association internationale du transport aérien (IATA) a publié le 26 novembre 2015 ses prévisions de trafic passagers pour les vingt prochaines années. Elle prévoit aujourd’hui que la croissance atteindra 3,8% en moyenne annuelle sur la période jusqu’à 2034, au lieu de 4,1% anticipés précédemment. Néanmoins, cette perspective, même revue à la baisse, signifie que le trafic aérien dans le monde doublera en vingt ans.

L’IATA, qui regroupe 200 compagnies aériennes dans le monde, prévoit que le nombre de passagers annuels devrait atteindre 7 milliards d’ici 2034. Auparavant, elle prévoyait 7,4 milliards de passagers en 2034.

Le ralentissement des perspectives de croissance économique pour la Chine n’est pas étranger à ces prévisions revues à la baisse, mais il n’explique pas tout selon l’association.

« Les événements économiques et politiques au cours de la dernière année ont eu un impact sur certains des  principes fondamentaux de la croissance » , explique Tony Tyler, le directeur général de l’IATA. « L’impact économique de 400 millions de voyageurs prévus en moins est important. Chacun de ces passagers représente une occasion manquée d’explorer, de créer de la valeur sociale et culturelle, et de générer des opportunités économiques et d’emploi. Il est important que nous ne créions pas de vents contraires supplémentaires par une imposition excessive, une réglementation coûteuse et des carences d’infrastructures« , ajoute-t-il.

C’est en Europe que la croissance sera la plus faible : 2,7% par an en moyenne pour atteindre 1,4 milliard de passagers en 2034 (591 millions de plus qu’actuellement) sur les vols à l’intérieur, à destination ou en provenance de cette région.

L’Asie-Pacifique ainsi que le Moyen-Orient seront celles où la croissance sera la plus forte : 4,9% en moyenne par an pour chacune. 2,9 milliards de passagers prendront l’avion en 2034 en Asie-Pacifique, qui représentera alors 42% du trafic mondial. Le Moyen-Orient passera à 383 millions de passagers annuels, soit 237 millions de plus qu’aujourd’hui. La croissance va s’établir sur la base de 5,6% en moyenne annuelle aux Emirats Arabes Unis, 4,8% au Qatar et 4,6% en Arabie Saoudite.

L’Amérique du Nord va croître de 3,3% par an pour atteindre 1,4 milliard de passagers annuels en 2034 (649 millions de plus qu’aujourd’hui.

La croissance en Amérique latine sera plus vigoureuse, à 4,7% par an, pour représenter 605 millions de passagers en 2034 (363 millions de plus qu’aujourd’hui).

En Afrique, elle s’établira aussi à 4,7% par an en moyenne. Ce continent verra 294 millions de passagers annuels en 2034 (177 millions de plus qu’aujourd’hui).

L’IATA estime ainsi que le trafic aérien dans le monde va doubler en vingt ans, par rapport au 3,5 milliards de passagers prévus pour l’année 2015.

L’association note aussi dans son étude annuelle des perspectives prometteuses pour l’Iran et Cuba, grâce à l’ouverture de ces pays. L’Iran en particulier, qui représente déjà un marché de 12 millions de passagers annuellement, pourrait passer à 43,6 millions de voyageurs en 2034, « si la forte croissance du PIB s’accompagne d’une normalisation complète des relations internationales et de la fin des sanctions économiques » , prend cependant soin de préciser l’IATA. La croissance à Cuba sera plus faible, passant de 5 millions de passagers aujourd’hui à environ 13 millions en 2034 « dans le meilleur des cas » .

Le transport aérien représente aujourd’hui 58 millions d’emplois dans le monde et 2,4 billiards de dollars de contribution économique. Dans vingt ans, l’activité devrait soutenir 105 millions d’emplois et 6 billiards de dollars selon l’IATA.

Photo : Avion Boeing 747 à l’atterrissage à Londres Heathrow – Source : Heathrow Airport