Aeromexico volera sans escale vers Tokyo en Dreamliner

Boeing 787-8 d'Aeromexico - CC BY-SA 2.0 Eric Salard (Paris)

Aeromexico rendra sans escale sa liaison existante vers Tokyo dès janvier prochain et augmentera la fréquence trois mois plus tard, alors que les liaisons directes entre l’Amérique latine et l’Asie, aujourd’hui peu nombreuses, semblent appelées à se développer.

A compter du 12 janvier 2016, la compagnie aérienne mexicaine, membre de l’alliance SkyTeam, supprimera l’escale intermédiaire à Monterrey sur le vol aller reliant son hub de Mexico Benito Juarez et l’aéroport Tokyo Narita. Le vol retour était déjà non-stop.

Les départs s’effectueront de Mexico les mardis, vendredis, samedis et dimanches à 00h21 pour arriver au Japon à 06h20 le lendemain après le passage de la ligne de changement de date. Le retour s’effectue avec un départ de Tokyo les lundis, mercredis, samedis et dimanches à 15h25 pour arriver au Mexique le même jour à 12h50.

Aeromexico explique que cette modification permet aux passagers de gagner trois heures sur le vol aller. La liaison restera opérée comme c’est le cas aujourd’hui en Boeing 787-8 Dreamliner aménagé bi-classe avec 243 sièges, dont 32 en classe Affaires et 211 en classe Economie. Néanmoins, la compagnie dispose depuis cet été de Dreamliners dont la poussée au décollage a été augmentée, une caractéristique utile pour les opérations au départ de Mexico, située en altitude. Les appareils peuvent ainsi décoller à pleine charge, sans restrictions de capacité passagers ou cargo depuis la capitale mexicaine.

A partir du 06 avril 2016, Aeromexico ajoutera en outre une fréquence supplémentaire par semaine, le mercredi au départ de Mexico, le jeudi au départ de Tokyo. Elle augmentera ainsi sa capacité de 17% entre les capitales mexicaine et japonaise, « contribuant à développer la connectivité du Mexique, notamment pour l’industrie automobile » , commente Anko van der Werff, directeur exécutif d’Aeromexico.

Le transporteur offrira plus de 2.400 sièges par semaine entre Tokyo et Mexico, d’où il propose des correspondances vers 46 destinations intérieures au Mexique, citant notamment Cancun, Guadalajara et Los Cabos, et 40 à l’international, mentionnant alors La Havane et Lima.

Cette amélioration du service vers Tokyo intervient alors qu’Aeromexico célébrera en 2016 le dixième anniversaire de sa présence au Japon. La compagnie reste aujourd’hui la seule en Amérique latine à proposer une liaison sans changement d’appareil depuis ce continent vers l’Asie, où elle dessert également Shanghai-Pudong (trois vols par semaine en Boeing 777-200ER, avec une escale à Tijuana à l’aller).

Malgré le développement des relations économiques entre les deux continents, les liaisons passagers entre l’Amérique latine et l’Asie se comptent sur les doigts d’une main. Outre ceux d’Aeromexico, existent les services de Singapore Airlines entre Singapour et Sao Paulo (via Barcelone) et d’Air China entre Pékin et Sao Paulo également (via Madrid).

Pourtant, ces liaisons semblent appelées à se développer. Ainsi, à partir du mois prochain, Air China reliera toujours Pékin et La Havane (via Montréal). En outre, la holding chinoise HNA Group, qui détient Hainan Airlines, a exprimé pas plus tard qu’hier son intérêt pour le marché latino-américain en acquièrant 23,7% de la low-cost brésilienne Azul, envisageant le développement de ses liaisons entre le Brésil et la Chine.

Photo : Boeing 787-8 d’Aeromexico – CC BY-SA 2.0 Eric Salard (Paris)

 

Laissez un commentaire