Air France, British Airways, Norwegian… De grandes différences en matière d’efficacité énergétique

Efficacité énergétique compagnies aériennes transatlantiques ICCT 2Une étude de l’International Council on Clean Transportation (ICCT) compare l’efficacité énergétique, et par voie de conséquence, l’empreinte carbone, des vingt premières compagnies aériennes sur les routes transatlantiques reliant l’Europe et les Etats-Unis ou le Canada en 2014. L’enquête fait apparaître, et explique, une très grande différence selon les transporteurs.

Pour réaliser cette analyse, la première en son genre selon l’ICCT, l’organisme a utilisé les données publiquement disponibles sur l’exploitation des vols commerciaux ainsi que des modélisations de la consommation de carburant des différents avions. Ceci lui a permis de comparer la consommation de carburant des transporteurs aériens sur une base passager-kilomètre. L’étude détaille les performances en matière de consommation de carburant de chacune des compagnies aériennes et veut expliquer les principaux facteurs contribuant à une meilleure efficacité énergétique.

Selon cette analyse, Norwegian Air Shuttle est la compagnie aérienne la plus économe en carburant sur les routes transatlantiques, atteignant en moyenne 40 passagers-kilomètres par litre de carburant (pax-km / L), ce que l’ICCT explique par les 787-8 utilisés sur ces liaisons. Delta Air Lines, qui réalise la plus grande part de marché sur le transatlantique, ainsi qu’Icelandair,  sont au niveau moyen observé dans l’industrie du transport aérien, soit 32 pax-km / L. Air France et KLM font légèrement mieux, à 33 pax-km / L.

Beaucoup de transporteurs traditionnels sont en dessous de la moyenne de l’industrie, relève l’ICCT, citant les transporteurs américains American Airlines, United Airlines et US Airways, ainsi qu’Iberia et Alitalia. Fait notable, les trois compagnies aériennes les moins efficaces en matière de consommation de carburant, Lufthansa, SAS et British Airways, comptent pour 20% des sièges-kilomètres disponibles sur le transatlantique, et ont consommé 44 à 51% de carburant par passager-kilomètre de plus que la plus efficace, Norwegian Air Shuttle.

Le rapport souligne d’autres points saillants : l’écart entre la compagnie aérienne la plus efficace et la compagnie aérienne la moins efficace sur le transatlantique, soit 51%, est deux fois plus important que l’écart entre la compagnie aérienne la plus efficace et la compagnie aérienne la moins efficace sur les vols intérieurs aux Etats-Unis (25% en 2014).

L’analyse met également en évidence que les compagnies aériennes qui ont investi dans des avions récents sont beaucoup plus économes en carburant que les autres.

En outre, la configuration des cabines entre en ligne de compte, l’ICCT soulignant que les sièges premium (Première classe et classe Affaires) ont un « impact considérable » . Ceux-ci représentent en effet 14% des sièges-kilomètres offerts sur les routes transatlantiques et 33% du total des émissions carbone.

« Il est surprenant de voir ces grandes différences d’efficacité énergétique d’une compagnie aérienne à une autre pour les vols longs-courriers au dessus de l’Atlantique » , commente Dan Rutherford, co-auteur de l’étude. « La compagnie aérienne sur laquelle vous volez, et l’avion qu’elle choisit d’opérer, comptent vraiment si vous êtes préoccupé par le climat » , continue-t-il. « Ce rapport renforce la nécessité de mettre en place des politiques visant à réduire les émissions carbone en provenance de l’aviation internationale, en particulier par une tarification de ses émissions carbone et une normalisation de l’efficacité énergétique des avions » , conclut-il.

A quelques semaine de l’ouverture de la conférence COP21 à Paris, le rapport tombe évidemment à point nommé. En l’absence de toute politique, les émissions carbone sont en voie de tripler d’ici 2050, estime en effet l’ICCT, qui se présente comme un organisme indépendant à but non lucratif. Il se donne comme mission « d’améliorer la performance et l’efficacité énergétique des transports routier, maritime et aérien, afin d’améliorer la santé publique et d’atténuer les changements climatiques » .

Efficacité énergétique compagnies aériennes transatlantiques ICCT