MH370 : les avions pourront être suivis par satellite dès 2017

Suivi des avions en vol par satellite Source IUT

Une décision de l’Union internationale des télécommunications (UIT), l’agence spécialisée de l’ONU, va permettre de suivre en temps réel les avions civils par satellite dès 2017, afin qu’ils ne disparaissent mystérieusement comme le vol MH370 de Malaysia Airlines l’année dernière.

Les représentants de 160 pays se sont mis d’accord le 11 novembre pour attribuer une fréquence radio au suivi par satellite des avions civils dans le cadre d’une conférence organisée à Genève par l’UIT.

L’accord permettra aux satellites de recevoir les signaux ADS-B provenant des émetteurs des avions civils. Ces signaux sont actuellement transmis vers des stations terrestres, ce qui limite leur couverture. Le système actuel laisse environ 70% de l’espace aérien sans surveillance, au dessus des zones océaniques, désertiques ou montagneuses par exemple.

« Le fait d’attribuer des fréquences pour que des stations spatiales puissent recevoir des signaux ADS-B provenant d’aéronefs va permettre d’assurer le suivi des vols en temps réel partout dans le monde » , explique dans un communiqué François Rancy, Directeur du Bureau des radiocommunications de l’UIT.

Concrètement, les signaux ADS-B des avions seront captés par les satellites sur la bande de fréquences 1 087,7-1 092,3 MHz. Cette bande est celle utilisée aujourd’hui pour transmettre les signaux des aéronefs vers les stations terrestres. La décision prise mercredi a pour effet d’attribuer cette bande de fréquences dans le sens avion vers espace. La transmission des signaux ADS-B est ainsi étendue au-delà de la visibilité directe, ce qui permettra de repérer partout dans le monde la position des appareils munis de dispositifs ADS‑B.

« Cet accord intervient à la suite de la disparition et de la perte tragique du vol MH370 de la Malaysian Airlines en mars 2014 avec 239 personnes à bord, qui avaient suscité un débat au niveau international sur le suivi des vols à l’échelle mondiale et fait ressortir la nécessité de coordonner les mesures entre l’UIT et les autres organisations compétentes » , précise l’UIT.

La mise en oeuvre de cette décision auprès des compagnies aériennes appartient maintenant à l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), une autre agence de l’ONU basée à Montréal. Elle avait demandé à l’UIT en mai 2014, deux mois après la disparition de du vol MH370, de prendre « d’urgence » une telle mesure, ce à quoi l’UIT estime aujourd’hui avoir répondu « en un temps record » .

De son côté, l’OACI a décidé en février dernier d’imposer dès 2016 qu’un signal soit émis depuis les avions toutes les 15 minutes dans des conditions normales de vol, toutes les minutes dans le cas d’un appareil en détresse. Si cela « n’empêchera pas les accidents » , il ne sera plus possible de perdre la trace d’un appareil, avait alors indiqué le président de l’OACI.

Le vol MH370 a disparu le 08 mars 2014 alors qu’il effectuait le vol Kuala Lumpur – Pékin avec 227 passagers et 12 membres d’équipage. Le rapport définitif sur l’accident a été publié le 8 mars 2015. Il a conclu à « un accident » , mais n’a livré aucune explication définitive sur la disparition de l’appareil. Un flaperon découvert cet été sur le littoral de La Réunion a été identifié formellement comme provenant du Boeing 777-200ER de Malaysia Airlines, mais il n’a pas permis d’apporter d’éléments nouveaux à ce qui reste l’un des plus grands mystères de l’aviation. Les recherches sous-marines dans le Sud de l’océan Indien se poursuivent pour tenter de retrouver l’épave.

L’UIT a publié une vidéo (en anglais) expliquant les effets de sa décision.

Photo : source UIT

Laissez un commentaire