Airberlin change de stratégie

Airbus A330 d'airberlin - Source airberlin

En proie à des difficultés financières, airberlin lance un nouveau plan stratégique qui la verra évoluer davantage vers une compagnie de réseau. Le long-courrier sera développé, le réseau et la flotte simplifiés, les hubs de Berlin et Düsseldorf renforcés. Des mesures dont prises pour diminuer les coûts et augmenter les recettes au travers de nouveaux services. Première étape de ce développement, quatre nouvelles routes transatlantiques sont annoncées.

« Au cours des derniers mois, nous avons systématiquement analysé toutes les options qui pourraient nous permettre d’améliorer durablement nos résultats. Sur cette base, nous allons revoir la position stratégique d’airberlin dans les mois qui viennent » , prévient Stefan Pichler, le directeur général d’airberlin, à l’annonce d’un nouveau plan de restructuration.

A dire vrai, la deuxième compagnie aérienne allemande, détenue en partie par Etihad Airways, n’a guère le choix. Elle accumule des pertes depuis de nombreuses années. Malgré une amélioration, son résultat opérationnel sur les neuf premiers mois de l’année 2015 reste négatif, à -94,3 millions d’euros (contre -114,8 millions d’euros un an plus tôt). Son partenariat stratégique avec Etihad est menacé par les autorités allemandes qui envisagent de supprimer une bonne partie des partages de codes avec la compagnie du Golfe. Et pour ne rien arranger, sa concurrente Lufthansa se développe sur le low-cost long-courrier depuis Cologne.

Airberlin souffre aussi de coûts élevés et d’un réseau peu structuré, très exposé à la saisonnalité de la demande en Europe. Le plan stratégique qu’elle a présenté le 11 novembre va tenter de remédier à ses différents problèmes en vue d’améliorer le résultat de 310 millions d’euros d’ici 2018.

Dans le détail, quatre axes sont annoncés, dont le premier porte sur une restructuration du réseau autour des hubs de Berlin et Düsseldorf. Dans l’avenir, nous allons nous concentrer encore plus fortement sur nos deux hubs, Berlin et Düsseldorf. C’est là où nous allons renforcer notre position de leader sur le marché » , explique Stefan Pichler.

Les liaisons transatlantiques et certaines routes européennes vont être développées. Cette mesure fera appel à la collaboration d’Alitalia, sa partenaire au sein de l’alliance Etihad Airways Partners, et d’American Airlines, alliée au sein de l’alliance Oneworld. Le but est « d’offrir une connectivité optimale avec les principaux partenaires » , selon le dirigeant d’airberlin – la collaboration avec Etihad n’est plus centrale.

Première étape de ce plan d’expansion long-courrier, quatre nouvelles lignes transatlantiques sont annoncées au départ de Düsseldorf : A partir du 06 mai 2016, airberlin se rendra à San Francisco cinq fois par semaine, à Boston et Dallas/Fort Worth quatre fois par semaine, ainsi qu’à La Havane deux fois par semaine. La compagnie réalisera ainsi depuis Düsseldorf jusqu’à 62 vols hebdomadaires vers 14 destinations longs-courriers (États-Unis, Caraïbes et Émirats Arabes Unis). Des fréquences supplémentaires seront mises en place vers les destinations existantes de New York JFK et Los Angeles afin d’attirer la clientèle affaires, la plus rentable.

Sur le réseau européen, airberlin va étendre ses services depuis l’Allemagne vers l’Autriche, la Suisse et l’Italie, notamment avec Alitalia, mais aussi avec la compagnie autrichienne NIKI. Airberlin va également renforcer la desserte de Palma de Majorque depuis plusieurs marchés.

Deuxième axe de ce plan, une simplification de la flotte. La compagnie va continuer sa transition vers une flotte « tout Airbus » et se donne jusqu’à la mi-2016 pour y parvenir. En outre, tous les A330 seront reconfigurés avec une classe Affaires (trois n’en disposent pas aujourd’hui) afin d’améliorer la rentabilité des vols et d’harmoniser les produits. Ces appareils seront déployés exclusivement sur long-courrier, contrairement à aujourd’hui.

D’autres mesures sont annoncés pour augmenter le chiffre d’affaires, troisième axe de ce plan stratégique. Airberlin se fixe l’objectif de doubler la clientèle corporate dans les trois prochaines années. Elle va également multiplier les services annexes pour développer les recettes ancillaires. Notamment, des sièges avec plus d’espace pour les jambes sont introduits sur long-courrier.

Quatrième pilier de cette stratégie, des mesures seront prises pour diminuer les coûts, en renégociant les contrats en cours avec les aéroports et les fournisseurs. Des annonces pourraient être faites sur une réduction des effectifs. Les suppressions de postes ne devraient concerner a priori que le personnel administratif et seront faites de façon « socialement responsable et amicale » , selon la compagnie aérienne.

Parallèlement à ce plan stratégique, airberlin en appelle aussi au gouvernement fédéral allemand pour qu’il « crée un environnement qui n’endommage pas le secteur du transport aérien » . En cause notamment, la taxe aérienne qui s’élève à 600 millions d’euros pour airberlin. Elle souligne que sans cette taxe, elle serait bénéficiaire. La compagnie réitère également son appel pour que l’accord de partage de codes avec Etihad Airways, aujourd’hui menacé, soit de nouveau approuvé.

Airbus A330 d’airberlin – Source airberlin

Laissez un commentaire