Crash de Metrojet : Lufthansa suspend Charm el-Cheikh

Crash du vol Metrojet 7K9268 dans le Sinaï - Source : Twitter / Diego Lopez via Airlive.net

Le groupe Lufthansa suspend « par précaution » et « jusqu’à nouvel ordre » la desserte de Charm el-Cheikh, alors que l’hypothèse d’une bombe est maintenant jugée « fortement probable » par Londres pour expliquer le crash de l’avion de Metrojet.

Hier mercredi, le gouvernement britannique avait ordonné à ses compagnies aériennes de mettre fin à leurs opérations vers Charm el-Cheikh. Aujourd’hui, c’est au groupe Lufthansa de prendre lui-même cette initiative. Le gouvernement allemand ne s’est pas prononcé sur cette mesure, mais le fait que l’Allemagne participe à l’enquête internationale sur l’accident de l’Airbus A321 de Metrojet parle de lui-même.

La décision du groupe Lufthansa porte sur deux vols hebdomadaires, réalisés par la low-cost Eurowings (depuis Düsseldorf) et par Edelweiss (depuis Zürich). Ceux-ci sont suspendus « par précaution, au regard de la situation actuelle dans le Sinaï » , explique Lufthansa dans un communiqué le 05 novembre. Le groupe précise qu’il se coordonnera avec les autorités pour décider de la suite. Il travaille « en étroite collaboration » avec les gouvernements pour prendre soin des touristes bloqués sur place et organiser leur rapatriement.

Dès samedi 31 octobre, Lufthansa annonçait que ses compagnies aériennes ne survolaient plus le Sinaï (comme Air France, Emirates, Flydubai, Air Arabia et UTair notamment).

Le Caire cependant continue d’être desservi par le groupe allemand.

Sa décision intervient alors que le Premier ministre britannique, David Cameron, a estimé ce jeudi que l’hypothèse d’une bombe placée à bord de l’A321 de Metrojet « était plus probable que le contraire » , en ajoutant : « nous ne savons pas de façon certaine si (l’accident) est lié à un acte terroriste (mais il s’agit d’une) forte possibilité » .

Washington juge également probable qu’une bombe soit à l’origine de la catastrophe aérienne, comme l’ont fait savoir des sources restées anonymes aux chaines de télévision CNN et CBS. A les croire, un satellite militaire américain a détecté un « flash de chaleur » provenant de l’Airbus A321 au moment du drame.

Deux hypothèses sont envisagées : une défaillance technique ou un attentat. Cette dernière éventualité, qui embarrasserait aussi bien la Russie que l’Egypte, est balayée par Moscou et Le Caire qui évoquent « des spéculations sans fondement » et préfèrent attendre les résultats de l’enquête en cours. L’analyse de l’enregistreur des paramètres de vol (FDR) a débuté mardi dans la capitale égyptienne. Celle de l’enregistreur de voix dans le cockpit (CVR) devrait prendre plus de temps en raison de son état.

La France, qui participe à cette enquête au travers du BEA, annonce également suspendre les vols vers Charm El-Cheikh, mais a priori, il n’existe pas de liaison aérienne directe régulière entre la France et la station balnéaire égyptienne.

Crédit photo : Crash du vol Metrojet 7K9268 dans le Sinaï – Source : Twitter / Diego Lopez

Laissez un commentaire