C Series : le Québec à la rescousse de Bombardier

Bombardier CSeries CS100 et CS300

Le constructeur d’avions canadien Bombardier a annoncé jeudi que le gouvernement provincial du Québec va investir 1 milliard de dollars américains dans le programme C Series qui a lourdement impacté ses comptes.

Selon le protocole d’accord conclu entre Bombardier et le gouvernement provincial du Québec, annoncé le 29 octobre, une nouvelle société en commandite sera créée, dans laquelle le gouvernement, par l’intermédiaire d’Investissement Québec, injectera un milliard de dollars américain. En contrepartie de cet investissement, le gouvernement détiendra une participation de 49,5% de cette nouvelle société, les 50,5% restants revenant à Bombardier. La nouvelle société se verra transférer le programme C Series, avec ses actifs, passifs et obligations. L’investissement du gouvernement comprend également une prise de participation au capital de Bombardier par l’émission de bons de souscription (entrainant une dilution du capital de Bombardier). L’avionneur précise que ces mesures « n’auront pas d’incidence importante » sur son contrôle effectif.

Parallèlement à cette injection de fonds publics, Bombardier s’engage à conserver pendant 20 ans dans la province de Québec, en particulier au centre de Mirabel, dans la banlieue de Montréal, le siège social de la nouvelle société ainsi que les activités du programme C Series.

L’accord final doit être conclu au plus tard le 1er janvier 2016. Le montant de l’investissement, soit un milliard de dollars, sera versé en deux temps, le 1er avril 2016 et le 30 juin 2016. La participation que détient le Gouvernement dans la société en commandite sera rachetable dans certaines circonstances.

Les comptes virent au rouge

L’avionneur canadien publie en même temps que ces annonces une perte nette pour le 3e trimestre 2015 de 4,9 milliards de dollars américains, contre un résultat net de 74 millions de dollars pour la même période de l’année dernière, en raison des programmes C Series et Learjet 85, précise le communiqué. Le programme Learjet85 est d’ailleurs suspendu. Une charge de 3,2 milliards de dollars est comptabilisée pour le programme C Series.

Le développement de cet avion entièrement nouveau a accumulé deux ans de retard et mobilisé d’importants capitaux, mais les ventes stagnent à 243 commandes fermes pour les CS100 et CS300 (plus 360 options).

« Aujourd’hui, nous sommes fiers d’annoncer que le gouvernement du Québec investira 1 milliard $ dans le programme d’avions C Series.  Ce partenariat arrive à un point tournant, le C Series étant à la veille d’être certifié. Le marché est à notre portée, notre leadership est en place, nous avons le meilleur produit et avec le soutien du gouvernement, nous sommes prêts à faire de cet avion un succès commercial », affirme Alain Bellemare, le PDG de Bombardier.

L’avionneur était entré en négociation avec Airbus en vue de lui céder une participation dans le programme C Series en contrepartie d’un soutien financier. Ces discussions ont échoué il y a deux semaines, laissant Bombardier à la recherche d’un nouveau partenaire.

Crédit photo : Bombardier CSeries CS100 et CS300 – Source : Bombardier

Laissez un commentaire