Etihad peut continuer à partager ses codes avec airberlin jusqu’au 8 novembre

Etihad Airways et airberlin - © airberlin

Bref répit pour Etihad Airways et sa filiale allemande airberlin : menacées de devoir interrompre leurs partages de codes en Allemagne, les deux compagnies ont obtenu par voie judiciaire l’autorisation de les poursuivre jusqu’au 08 novembre 2015, le temps que les gouvernements des Emirats Arabes Unis et de la République fédérale d’Allemagne poursuivent leurs consultations pour régler un différend.

Etihad Airways explique dans un communiqué le 23 octobre qu’elle a été contrainte de lancer une procédure auprès de la Cour administrative de Braunschweig en Allemagne, car le ministère fédéral des Transports de ce pays n’avait toujours pas approuvé les accords de partage de codes avec airberlin pour la saison hiver 2015-2016, qui commence le 25 octobre. Le tribunal a rendu sa décision et a autorisé Etihad à poursuivre ses opérations en partage de codes avec airberlin jusqu’au 08 novembre 2015.

Ces accords de codeshare, une pratique courante dans l’industrie, ont pourtant reçu le feu vert de l’administration pendant sept saisons précédentes, depuis 2012, sur la base des traités bilatéraux aériens signés en mars 1994 par les Émirats Arabes Unis et l’Allemagne, puis révisés en juin 2000. Un différend a surgi en août 2014 « en raison d’un changement d’opinion unilatéral » du ministère allemand des Transports, explique la compagnie aérienne.

Etihad fait valoir que les tergiversations des autorités d’outre-Rhin menacent la survie d’airberlin, déjà en difficulté, et le maintien de 8.000 emplois, sans compter que 82.000 passagers ont effectué des réservations sur ces vols en partage de codes pour les six prochains mois.

« En plus des dommages que cela causerait à airberlin, le retrait de l’agrément pour les partages de code sur 29 routes réduirait de manière critique le choix des consommateurs à l’intérieur et au-delà de l’Allemagne, et causerait des désagréments massifs pour les passagers, y compris pendant le pic de voyages de Noël et du Nouvel An » , ajoute James Hogan, PDG d’Etihad Airways.

Le dirigeant précise aussi que les accords avec airberlin ont permis de transporter depuis 2012 plus de 2 millions de passagers sur le réseau des deux compagnies, et contribué à hauteur de 252 millions d’euros au chiffre d’affaires d’airberlin, la deuxième compagnie allemande et rivale de Lufthansa. Ainsi, Etihad a fourni 1.365.487 passagers à airberlin, qui a en retour connecté 645.157 passagers sur les vols opérés par le transporteur d’Abu Dhabi.

Etihad a acquis il y a trois ans 29,2% du capital d’airberlin. La possibilité de partager les codes « est l’une des principales raisons pour lesquelles nous avons investi dans airberlin » , poursuit James Hogan.

Lufthansa vent debout

Depuis un an, Etihad et airberlin sont dans le collimateur de la LBA, l’agence en charge de l’aviation civile en Allemagne. Cette administration reproche à Etihad d’apposer son code vers des destinations intérieures en Allemagne qui ne sont pas autorisées dans les accords bilatéraux, car soumises à contingent.

A l’automne dernier, la LBA a déjà menacé de ne pas approuver les accords de partage de codes, avant de finalement se raviser. Ce revirement d’attitude a entrainé une réaction immédiate de Lufthansa : le jour-même, la compagnie a indiqué qu’elle suspendait à compter de mars 2015 la desserte d’Abu Dhabi en raison de la concurrence « injuste » d’Etihad.

« Les capacités ont substantiellement augmenté ces dernières années entre l’Allemagne et les Emirats Arabes Unis parce que des transporteurs du Golfe subventionnés par leurs Etats ont massivement accru leur présence » , expliquait alors, en octobre 2014, Lufthansa. « Ces développements sont encore exacerbés par le fait qu’Etihad Airways a été injustement autorisée à offrir et vendre des vols en partage de codes avec airberlin » , avait-elle continué.

Des négociations ont alors été entamées entre les gouvernements des Emirats Arabes Unis et d’Allemagne, mais n’ont pas abouti jusqu’à présent.

Rappelons qu’Etihad Airways détient des participations non seulement dans airberlin, mais aussi Air Serbia, Air Seychelles, Alitalia, Jet Airways, Virgin Australia, et Darwin Airline opérant désormais sous le nom d’Etihad régional.

Crédit photo : Etihad Airways et airberlin – © airberlin

Laissez un commentaire