Corsair quitte Abidjan cet hiver et se redéploie vers l’outre-mer

Airbus A330-300 de Corsair. © Florent Peraudeau / Corsair

Corsair International suspend comme annoncé la desserte d’Abidjan en Côte d’Ivoire jusqu’à l’été 2016, ce qui lui permet de se redéployer vers les départements d’outre-mer.

Le 23 octobre a marqué le dernier vol de la compagnie aérienne française entre Orly et Abidjan pour l’année 2015. Elle était exploitée à raison de trois fréquences par semaine, les mardis, vendredis et dimanches avec un Airbus A330-300.

Corsair a annoncé cette décision en septembre dernier. Elle expliquait alors à ces partenaires en Côte d’Ivoire que la suspension provisoire de cette ligne, ouverte en mars 2013 et assurée jusqu’à présent à l’année, était liée à des raisons économiques. « Malgré des efforts soutenus et d’importants investissements concédés par Corsair depuis son arrivée en Côte d’Ivoire, les objectifs escomptés ne sont pas au rendez-vous. A ce jour, les résultats économiques ne permettent pas de continuer à exploiter une desserte annuelle » , écrivait-elle alors.

Le service reprendra cependant le 14 juin 2016. Il sera toujours assuré selon trois rotations hebdomadaires en Airbus A330-300 configuré bi-classe pour 360 passagers, dont 26 en classe Affaires (en rangées de 2-2-2) et 334 en classe Economie (en rangées de 3-3-3).

Les vols auront lieu les lundis, jeudis et vendredis. A l’aller, le vol SS984 quittera Orly à 13h20 pour arriver à Abidjan à 17h45. Le vol retour SS985 est programmé avec un départ de Côte d’Ivoire les mêmes jours à 21h45 et une arrivée dans la capitale française à 06h20 le lendemain.

Sur cette ligne, Corsair fait face à la présence d’Air France, qui avait réagi à son arrivée sur le marché il y a deux ans en augmentant la capacité, notamment en utilisant un Airbus A380 (jusqu’à quatre fois par semaine cet été). S’en est suivie une guerre des prix qui n’a manifestement pas arrangé les affaires de Corsair. La compagnie reste cependant présente en Afrique de l’Ouest, avec Dakar dont la desserte se poursuit à l’année.

Corsair renforce les départements d’outre-mer

L’interruption provisoire du service vers Abidjan permet à Corsair de renforcer d’autres liaisons grâce à l’appareil rendu disponible. « Avec la suspension de la Côte d’Ivoire nous avons redéployé de la capacité sur les Antilles et la Réunion » , explique au Journal de l’île de la Réunion Pascal de Izaguirre, le PDG de Corsair.

Dès la semaine prochaine, la filiale française du groupe TUI positionnera des vols supplémentaires vers les Antilles. Ainsi, Pointe à Pitre en Guadeloupe sera desservie jusqu’à 11 fois par semaine, soit une augmentation de plus de 7% de l’offre en sièges par rapport à l’année précédente. La ligne vers Fort de France en Martinique sera assurée jusqu’à 9 fois par semaine, soit une progression de 8%.

La Réunion sera elle aussi desservie à raison de 9 fréquences hebdomadaires. Corsair dit avoir observé sur cette ligne un coefficient de remplissage de 85% en moyenne sur la période octobre 2014 à aout 2015.

Au demeurant, Corsair, qui exploite aussi une liaison entre Paris et Mayotte, ne redoute pas l’arrivée d’Air Austral sur cette ligne avec un vol direct à compter du 10 juin 2016. « C’est le jeu de la concurrence. Cela fera une émulation. La situation à Mayotte n’a rien à voir avec celle de la Côte d’Ivoire. Nous sommes très satisfaits des résultats économiques sur la ligne de Dzaoudzi. La question d’une suspension de la desserte ne se pose pas » , affirme au journal réunionnais le dirigeant de Corsair.

La compagnie poursuit actuellement sa restructuration. Après l’échec du rachat par Air Caraïbes, elle n’est plus à vendre, ayant mis fin au mandat de la banque d’affaires chargée de retrouver un repreneur. Elle emploie près de 1.250 salariés et exploite une flotte de 7 appareils, soit quatre Airbus A330-200/300 ainsi que trois Boeing 747-400 qui seront rénovés en 2017 pour être conservés jusqu’en 2021.

Crédit photo : Airbus A330-300 de Corsair. © Florent Peraudeau / Corsair

Laissez un commentaire