Delta achète à Air France-KLM six slots à Londres Heathrow

Boeing 777-300ER d'Air France et Boeing 767-300ER de Delta - CC BY-SA 2.0 Bill Larkins

Delta Air Lines a annoncé mercredi avoir acheté à Air France-KLM six paires de slots ou créneaux de décollage et d’atterrissage à Londres Heathrow. La compagnie américaine publie au même moment des résultats trimestriels record, en augmentation de 33%. Elle dit s’intéresser aussi à l’acquisition de Boeing 777 d’occasion et à un renforcement de son partenariat avec la low-cost brésilienne GOL.

Delta précise dans un communiqué le 14 octobre 2015 que les six paires de slots à l’aéroport de Londres Heathrow, achetés à Air France-KLM, étaient précédemment loués auprès du groupe franco-néerlandais. Ce dernier ne les utilisait donc pas pour les compagnies qu’il détient.

Delta explique aussi qu’en devenant propriétaire de ces slots, elle sécurise la continuité et la stabilité sur le long terme de ses opérations à Heathrow, le premier aéroport d’Europe par le nombre de passagers annuels et l’un des marchés les plus lucratifs au monde. Delta exploite aujourd’hui depuis cette plateforme, conjointement avec sa partenaire Virgin Atlantic, un total de 23 vols directs vers les Etats-Unis. En fait, depuis qu’elle a acquis en 2013 49% du capital de Virgin pour 360 millions de dollars, Delta ne cesse de se renforcer sur le marché londonien. Elle a d’ailleurs annoncé en août dernier le lancement d’une quatorzième destination au départ de Londres Heathrow, Salt Lake City, qui sera servie quotidiennement à compter du 1er mai 2016.

Air France-KLM de son côté n’a fait aucun commentaire sur la transaction, dont le montant n’est pas révélé. Cependant, la cession des slots à Heathrow est une pratique relativement courante. Leur valeur fluctue en fonction des horaires. Ainsi la compagnie aérienne SAS Scandinavian a annoncé en février 2015 avoir vendu deux paires, l’une pour 60 millions de dollars et l’autre pour 22 millions de dollars. En août 2014, Etihad Airways a acheté à Alitalia 5 paires de slots valorisés pour 60 millions d’euros (soit 12 millions d’euros chacun); ils ont été ensuite reloués à Alitalia.

Des résultats trimestriels en hausse de 33%

L’annonce de cette acquisition par Delta est réalisée en même temps que la publication de ses résultats financiers pour le 3e trimestre 2015, marqués par un bénéfice avant impôts en augmentation de 33% par rapport au même trimestre de l’année précédente, à 2,2 milliards de dollars – un record historique. La marge opérationnelle s’établit à 21%, en augmentation de cinq points en un an. Ces résultats sont obtenus grâce à « une demande qui reste solide et à une baisse des prix du carburant » , selon Richard Anderson, le directeur exécutif de Delta qui souligne aussi la volatilité des changes et les incertitudes économiques. Le chiffre d’affaires opérationnel est en légère baisse de 0,6% mais la facture carburant a été réduite de 1,1 milliard de dollars par rapport au 3e trimestre 2014. Les revenus unitaires sont en baisse de 4,9%, dont 2,5% liés aux effets de change. Avec ces résultats, la compagnie prévoit d’augmenter de 0 à 2% ses capacités l’année prochaine, « un niveau approprié de réponse à l’équilibre entre l’offre et la demande » , selon Richard Anderson.

Des 777 d’occasion en perspective ?

Delta pourrait poursuivre ses achats d’avions d’occasion. En marge de la présentation des résultats trimestriels, le dirigeant de la compagnie a souligné que les prix de gros-porteurs sont en baisse. « Il y a une ‘bulle’ » , a-t-il dit – et cela pourrait créer des opportunités pour Delta. Lorsqu’on lui a demandé spécifiquement si la compagnie aérienne prévoyait d’acheter des Boeing 777 qui seraient sur le marché selon certaines rumeurs, Richard Anderson a répondu qu’aucun accord n’avait été signé. En fait, il estime que les prix vont continuer à baisser. « Nous ne pensons que le marché des avions va être mûr pour Delta et la bulle va se propager aux monocouloirs. Il y aura beaucoup d’opportunités d’achat » , a-t-il déclaré. « Il n’y a pas beaucoup de gens dans le monde qui peuvent prendre une douzaine de 777 » , a-t-il continué.

Un partenariat renforcé avec GOL

Delta prévoit également d’élargir son partenariat avec la low-cost brésilienne GOL Linhas Aereas Inteligentes. La compagnie américaine s’attend à ce que l’accord d’Open Skies (Ciel ouvert) entre les Etats-Unis et le Brésil soit signé en 2016, ce qui lèverait les restrictions sur les vols entre les deux pays. En particulier, Delta et GOL envisagent de demander l’immunité anti-trust afin de coordonner les prix et les horaires de leurs vols entre les Etats-Unis et le Brésil. Delta a déjà renforcé sa participation dans GOL dont elle détient aujourd’hui presque 10% du capital (aux côtés d’Air France-KLM qui en détient pour sa part environ 1,6%).

Delta et Air France-KLM sont partenaires au sein de l’alliance SkyTeam et de la co-entreprise qu’elles ont formée pour l’ensemble de leurs liaisons transatlantiques, à laquelle participe également Alitalia.

Crédit photo : Boeing 777-300ER d’Air France et Boeing 767-300ER de Delta – CC BY-SA 2.0 Bill Larkins

Laissez un commentaire