Grève à Air France : des retards probables mais tous les vols assurés

Airbus A320 d'Air France à Paris Charles de Gaulle - © Air France

Malgré la grève lancée par trois syndicats pour la journée de lundi, Air France prévoit d’assurer tous les vols mais des retards sont probables, a-t-elle prévenu ce week-end. Le mouvement social entend protester contre la perspective de nouvelles suppressions de postes au sein de la compagnie aérienne.

Pour la journée du 05 octobre, « nous prévoyons d’assurer l’ensemble de nos vols, mais des retards sont probables » , a indiqué samedi Air France dans un communiqué. La compagnie assure que les voyageurs ayant laissé leurs coordonnées sont informés et tout est mis en oeuvre pour « limiter les désagréments« . Des équipes seront présentes en aéroport et les services commerciaux sont mobilisés.

Air France recommande néanmoins de s’enregistrer en ligne afin d’éviter les attentes aux comptoirs, et, avant de se rendre à l’aéroport, de vérifier les informations des vols mises à jour en temps réel sur son site, dans la rubrique « Horaires des vols » .

Des mesures commerciales sont prises pour inciter les clients à reporter leur voyage s’il est prévu le 5 octobre. Le remboursement des billets (hors frais de service) est possible pour les vols annulés ou retardés de plus de cinq heures.

Le mouvement social concerne uniquement les escales françaises. Il est lancé à l’appel de trois syndicats au niveau national, CGT, FO et Unsa, auxquels se joint la CFDT dans le Sud. Ces organisations ont appelé à cesser le travail le 05 octobre pour protester contre le plan de réduction d’activité que la direction d’Air France détaillera aujourd’hui en Comité central d’entreprise (CCE). Les trois syndicats, représentés principalement chez les personnels au sol, demandent en particulier le « maintien de l’emploi local » .

Après l’échec des négociations sur Perform 2020, la direction de la compagnie devrait en effet annoncer lors de cette réunion la mise en place d’un plan B prévoyant des fermetures de lignes, le retrait de gros-porteurs et des licenciements. Jusqu’à 2.900 postes seraient menacés d’ici 2017, de sources syndicales, soit 1.900 postes au sol, 300 pilotes et 700 hôtesses et stewards. Toutefois, le PDG du groupe Air France-KLM, Alexandre de Juniac, a précisé vendredi sur Europe 1 vouloir « privilégier les départs volontaires » et procéder « en dernier recours » à des licenciements, sans préciser les chiffres.

En outre, un rassemblement est prévu ce 05 octobre au siège d’Air France à l’appel de treize syndicats (SNPNC-FO, UNSA PNC AF, ALTER, CFTC, CGT, FO, SNGAF, SNPL, SNPNAC, SPAF, SUD, UNAC) afin de protester également contre ce plan de réduction d’activité et pour « montrer l’attachement à la compagnie » .

Crédit photo : Airbus A320 d’Air France à Paris Charles de Gaulle – © Air France

Laissez un commentaire