Etihad Airways veut plus de changements chez Alitalia

Airbus A330-200 avec la nouvelle livrée d'Alitalia - © Alitalia

Etihad Airways, qui détient 49% dans Alitalia, estime que la compagnie porte-drapeau de l’Italie dispose « d’un formidable potentiel de croissance » , à condition cependant qu’elle accepte des changements. Une mise en garde qui s’accompagne d’un rappel des avantages dont Alitalia dispose au travers de ce partenariat.

« Alitalia est sur la voie de la croissance. Mais elle reste confrontée à des défis. Elle ne peut pas se permettre de revenir aux pratiques antérieures. Pour qu’Alitalia survive et prospère, il faut porter l’attention sur les coûts et l’efficacité, ainsi que s’engager sur la qualité, l’innovation et la valeur. Grâce à notre partenariat, nous pouvons réussir ensemble » , a déclaré James Hogan, le PDG d’Etihad Airways, lors du Forum international sur les fonds souverains qui s’est tenu cette semaine à Milan.

Ces propos relatés dans un communiqué le 2 octobre sonnent comme un rappel à l’ordre vis à vis de la compagnie italienne, deux semaines après la démission surprise du directeur général d’Alitalia, Silvano Cassano. Son départ aurait été lié aux difficultés à mettre en oeuvre une stratégie basée sur l’ouverture de nouvelles lignes et le lancement de nouveaux services à la clientèle, selon la presse transalpine.

James Hogan, qui est également le vice-président d’Alitalia, a rappelé lors de sa visite à Milan que la compagnie italienne était l’année dernière « au bord de l’effondrement » . « Nous avons investi 560 millions d’euros dans le cadre d’une restructuration de 1,76 milliard d’euros« , a-t-il souligné. Etihad est devenue à cette occasion le principal actionnaire de la compagnie porte-drapeau de l’Italie, avec une participation de 49%.

Alitalia doit en outre percevoir 122 millions de dollars sur les 700 millions levés récemment par Etihad Airways pour elle-même et ses filiales.

« Qu’avons-nous vu dans Alitalia que personne d’autre n’a vu ? Une grande marque, un grand réseau, mais aussi une entreprise mal gérée qui a besoin d’une nouvelle direction » .

Le dirigeant d’Etihad Airways a également trouvé utile de rappeler que le partenariat entre Alitalia et sa compagnie aérienne aboutit « à des risques plus faibles » et à « des résultats plus rapides qu’en faisant cavalier seul » . « C’est bon pour Alitalia, bon pour Etihad Airways, bon pour l’Italie et bon pour les consommateurs » .

Selon James Hogan, les deux transporteurs disposent de réseaux complémentaires et alignent environ 200 destinations dans le monde,  dont certaines en en Asie, en Australie et en Afrique – des destinations non desservies par Alitalia. Le partenariat permet aussi des synergies de coûts au travers des achats en commun et du partage des ressources, souligne aussi le patron de la compagnie d’Abu Dhabi.

Celui-ci a réaffirmé son soutien à l’actuel président d’Alitalia, Luca Cordero di Montezemolo, qui « a une vision claire pour assurer le succès d’Alitalia » . « Ensemble, nous travaillons à faire d’elle l’une des principales compagnies aériennes internationales« , a déclaré M. Hogan.

Crédit photo : Airbus A330-200 avec la nouvelle livrée d’Alitalia – © Alitalia

Laissez un commentaire