Air France : 2.900 postes menacés

Airbus A380 d' Air France - © Air France

Après l’échec des négociations avec les pilotes, la direction d’Air France a évoqué la suppression de 2.900 postes lors du conseil d’administration qui s’est tenu le 02 octobre, mais les licenciements secs n’interviendraient « qu’en dernier recours » .

La mise en place du plan alternatif aux efforts de productivité qui ont été refusés par les syndicats menacerait les emplois de 300 pilotes, 700 hôtesses et stewards, et 1.900 postes au sol, affirment des sources syndicales. Le chiffre de 2.900 serait une estimation du sureffectif en 2017.

Le PDG du groupe Air France-KLM, Alexandre de Juniac, a précisé sur Europe 1, vouloir « privilégier les départs volontaires » et procéder « en dernier recours » à des licenciements, sans préciser les chiffres.

« Dans les unités d’Air France où le plan Perform 2020, c’est à dire les gains de productivité, sont négociés, il n’y aura que des départs volontaires « , a détaillé de son côté Frédéric Gagey, le PDG d’Air France, sur France Info. « C’est bien dans les endroits où nous n’arriverions pas  à mettre en oeuvre ce que nous avons appelé les négociations dans la cadre de Perform 2020 que là, si nous étions contraints à cela, nous pourrions procéder à des départs involontaires » , a-t-il ajouté.

« A nouveau ce n’est pas notre choix. C’est pour cela que nous voulions négocier » , a souligné le PDG. Les licenciements secs restent une possibilité, « sur des gens biens précis et pour les endroits où nous ne ferions pas les progrès que nous attendons en matière de productivité » .

Pour la mise en place de ce plan B, la compagnie a déjà évoqué la sortie de la flotte d’une dizaine de gros-porteurs, voire quatorze en incluant les quatre A340-300 dont le retrait était déjà programmé. Cinq pourraient être retirés à l’été 2016, et neuf autres en 2017, ont précisé des sources syndicales qui s’exprimaient après le Conseil d’administration de vendredi. Cinq lignes longs-courriers seraient suspendues, et des réductions de fréquences ou de capacité sont également prévues. « Il faut se résoudre à limiter notre activité dans le secteur long-courrier » , a résumé le PDG d’Air France sur France Info.

Ces mesures seront présentées aux représentants des personnels lundi 05 octobre. Un préavis de grève a été déposé par plusieurs syndicats pour cette journée. « Nous n’attendons pas de perturbations trop importantes, en tout cas lundi », a assuré le PDG d’Air France-KLM sur Europe 1. « Tous nos passagers seront informés de l’évolution de la situation » . 

Le dirigeant précise que « la porte n’est pas fermée » aux organisations syndicales si dans les semaines à venir, « elles reviennent avec un vrai projet, une vraie volonté de discuter » .

La compagnie a reçu l’appui du gouvernement. « Nous soutenons Air France dans la voie de la réforme » a déclaré Emmanuel Macron, le ministre de l’Economie, à l’issue de son rendez-vous avec les PDG d’Air France-KLM et d’Air France. « Le rôle du gouvernement n’est pas de se substituer à l’entreprise » , a-t-il ajouté. « Le refus du dialogue sur le schéma de la direction d’Air France a conduit l’entreprise au plan B » , a-t-il estimé.

Laissez un commentaire