SAS ira à New York en 737

Vue plongeante sur un Boeing 737 de SAS Scandinavian Airlines sur le tarmac de l'aéroport - © SAS

SAS Scandinavian Airlines a annoncé mardi le lancement d’une seconde fréquence quasi quotidienne entre Copenhague et New York Newark, qui aura la particularité d’être assurée en Boeing 737-700. Cette décision fait suite à la suspension de la ligne pétrolière Stavanger – Houston, ouverte l’année dernière avec ce type d’appareil.

La seconde rotation de la compagnie aérienne scandinave entre les aéroports de Copenhague (CPH) et New York Newark Liberty (EWR) sera inaugurée le 25 octobre et opérée tous les jours de la semaine, sauf le mardi.

A l’aller, le départ de Copenhague est programmé à 18h25 pour une arrivée à New York à 21h35, le retour s’effectuant avec un départ de New York à 22H45 et une arrivée à Copenhague à 12h45 le lendemain.

« Nous sommes ravis de pouvoir offrir ce départ en soirée qui est particulièrement attrayant pour les voyageurs qui veulent passer une journée complète à Copenhague ou à New York avant de prendre leur vol. Les personnes voyageant pour affaires préfèrent souvent ces horaires« , explique Eivind Roald, vice-président exécutif chez SAS.

Le Boeing 737-700 qui sera utilisé sur la route est d’ailleurs configuré dans cette optique : opéré par la compagnie suisse PrivatAir pour le compte de SAS, il offrira jusqu’à la fin de l’année 44 sièges de classe Affaires uniquement. Il sera ensuite aménagé bi-classe pour 86 passagers, dont 20 en classe Affaires et 66 en classe Economique.

Cette nouvelle fréquence en 737 s’ajoute au vol quotidien que réalise SAS entre Copenhague et New York avec un Airbus A330. Elle aboutira en année pleine à une augmentation de 25% des capacités de la compagnie sur cette ligne. SAS est en concurrence directe avec la low-cost long-courrier Norwegian Air.

En parallèle, SAS met fin à son service entre Stavanger en Norvège et Houston au Texas, opéré par le même 737-700 de Privatair. Le dernier vol est prévu le 23 octobre au départ de Stavanger, le lendemain depuis Houston. Lancée l’été dernier, la ligne qui relie deux centres importants de l’industrie du pétrole ne fait plus recette, à en croire la compagnie.

« Cette route pétrolière a été développée comme un produit novateur entre SAS et nos principaux clients dans l’industrie du pétrole. Nous avons fait tout notre possible pour la rendre viable. Cependant, nous devons accepter que le ralentissement de cette activité nous impacte aussi, d’où notre décision de positionner l’aéronef entre Copenhague et New York, où le marché offre beaucoup plus de potentiel en ce moment » , explique Eivind Roald.

Afin de faciliter les correspondances vers l’Amérique du Nord au départ de Stavanger, SAS augmentera la capacité d’environ 20% entre cette ville et Copenhague, en opérant pour certaines fréquences des Airbus A320 et A321 au lieu des Bombardier CRJ900 actuellement utilisés.

SAS est l’une des rares compagnies à effectuer des vols sur le transatlantique Nord en 737, aux côtés de la française Europe Airpost (entre Paris et Halifax via Dublin en saison) et la canadienne WestJet (entre Saint John’s et Dublin ainsi qu’entre Halifax et Glasgow). British Airways de son côté vole en Airbus A318 entre Londres City et New York JFK via Shannon.

Crédit photo : Vue plongeante sur un Boeing 737 de SAS Scandinavian Airlines sur le tarmac de l’aéroport – © SAS

Laissez un commentaire