Grèves à répétition : La riposte cinglante de Lufthansa à ses pilotes

Avions de Lufthansa à l'aéroport de Francfort en mai 2014 - © Lufthansa

Lufthansa a riposté mardi de façon cinglante aux grèves à répétition de ses pilotes : la compagnie porte l’affaire devant les tribunaux, cesse d’embaucher de nouveaux pilotes avec des contrats régis par les actuelles conventions collectives allemandes, gèle leurs avantages et supprime les promotions.

Le syndicat de pilotes Vereinigung Cockpit (VC) a lancé un appel à la grève sur les routes long-courriers pour la journée de mardi et l’a prolongé pour celle de mercredi, cette fois-ci sur le réseau moyen-courrier, tout en prévenant que d’autres mouvements n’étaient pas à exclure dans les jours qui viennent.

Cette treizième grève des pilotes en dix-huit mois a conduit Lufthansa à annuler 84 vols longs-courriers sur les 170 prévus le mardi 08 septembre, et environ 1.000 vols essentiellement sur le moyen-courrier ce mercredi 09 septembre, soit les deux tiers du programme.

La réaction de la direction ne s’est pas faite attendre : Lufthansa a indiqué mardi qu’elle saisit le tribunal du travail de Francfort pour se prononcer sur la légalité des mouvements sociaux. Une première action de la compagnie, portant sur les grèves d’avril 2014, n’a pas abouti, puisque, la justice allemande a estimé que ces grèves étaient « légales et proportionnées » , selon un communiqué de VC. « La direction de Lufthansa ne doit pas se cacher derrière des positions juridiques, mais retourner enfin à la table des négociations avec des propositions constructives » , a également déclaré le syndicat.

Lufthansa a également annoncé mardi qu’elle cesse d’embaucher de nouveaux pilotes avec des contrats de travail régis par les actuelles conventions collectives allemandes, qui « la rendent incapable d’être compétitive » , selon son communiqué.

De plus, les pilotes seront maintenus dans leur position actuelle, une façon de supprimer les promotions.

Conséquence : Lufthansa, ainsi que les filiales low-cost Germanwings et cargo vont diminuer de taille, puisque les départs (en retraite notamment) ne seront plus remplacés. Exactement ce que voulait éviter le syndicat.

En outre, Lufthansa gèle à leur niveau actuel les droits et bénéfices accordés aux pilotes par les conventions collectives allemandes – en attendant la conclusion d’éventuels nouveaux accords.

La direction interrompt également toute discussion avec VC sur le développement d’Eurowings Europe, la filiale low-cost basée hors d’Allemagne. La création de cette nouvelle entité, dont les contrats de travail sont moins avantageux pour les personnels, est à l’origine de la colère du syndicat.

« Nous aurions aimé pouvoir enfin reprendre nos négociations avec Vereinigung Cockpit sur les conventions collectives au lieu d’avoir à répondre par cette nouvelle escalade » , admet Bettina Volkens, directrice des ressources humaines et des affaires juridiques chez Deutsche Lufthansa AG. « Je lance également un appel à nos pilotes pour qu’ils prennent leurs responsabilités personnelles. Avec les projets de grève annoncés par le syndicat pour la période allant de maintenant à la fin de cette année, le préjudice financier pour notre société dépassera les 100.000 euros par pilote. Il est grand temps nous nous parlions pour trouver une solution » , ajoute-t-elle.

Reste à voir si VC entendra cet appel ou mettra à exécution sa menace de nouvelles grèves.

Rappelons que le litige entre la direction et le syndicat porte à l’origine sur l’âge de départ en retraite des pilotes. Le syndicat a fait des propositions dernièrement, consistant en un paquet de 500 millions d’euros d’économies pour la compagnie, afin de ramener les coûts à un niveau comparable à la concurrente easyJet.

VC a offert notamment de porter l’âge moyen de départ en retraite à 60 ans mais il a mis une condition préalable à des négociations : l’arrêt de la campagne de recrutement de pilotes pour Eurowings Europe avec des contrats non allemands – ce que refuse absolument la direction, qui fait du développement de la nouvelle filiale la pierre angulaire de sa stratégie pour combattre les low cost.

Environ un millier de pilotes ont déjà été embauchés sous contrat autrichien pour Eurowings Europe. Celle-ci opèrera dès cet automne au départ de Vienne, avec deux avions au départ – vraisemblablement beaucoup plus dans le futur.

Crédit photo : Avions de Lufthansa à l’aéroport de Francfort en mai 2014 – © Lufthansa

Laissez un commentaire