Philippine Airlines : retour au bénéfice et plaidoyer contre les compagnies du Golfe

Airbus A340-300 de Philippine Airlines - cc wikimedia / Eddie Maloney

Philippine Airlines (PAL) a estimé jeudi que le développement des compagnies du Golfe pourrait être néfaste à ses opérations et à ses comptes, mais aussi entrainer une perte de la connectivité directe pour les Philippines, alors que les autorités de son pays et celles des Emirates Arabes Unis sont en discussion pour augmenter les droits de trafic entre les deux pays.

PAL a publié dans un communiqué le 27 août un bénéfice de 20,4 millions de dollars pour l’exercice 2014, une « performance financière modeste mais significative » , dit-elle, après trois ans de pertes qui ont culminé à 229,7 millions de dollars pour la période avril-décembre 2013.

Ce redressement se confirme pour l’année en cours, ajoute la compagnie aérienne, qui enregistre un bénéfice net de 138 millions de dollars pour la période janvier-juillet 2015, « en raison d’un climat favorable » dans l’industrie du transport aérien.

Mais tout cela pourrait être compromis par le développement des compagnies du Golfe, « qui peut avoir des conséquences néfastes sur les investissements de PAL dans de nouvelles routes vers le Moyen-Orient, l’Europe et la côte Est américaine » , si d’aventure les autorités des Philippines accordaient des « droits de trafic supplémentaires inutiles » demandés par les Émirats Arabes Unis.

La compagnie porte-drapeau des Philippines, détenue par des sociétés privées, a ouvert au cours des deux dernières années de nouvelles liaisons reliant Manille à quatre destinations au Moyen-Orient, à Londres et à New York. « Tout droit supplémentaire aux transporteurs des Émirats Arabes Unis créerait une distorsion sur le marché et pourrait éventuellement conduire PAL à se retirer de ces nouvelles routes » , estime-t-elle.

Philippines Airlines rappelle également qu’elle n’est pas seule à dénoncer « les pratiques déloyales des transporteurs des Émirats Arabes Unis » . Et de citer l’alliance formée par Delta Air Lines, United Airlines et American Airlines, ainsi que le syndicat de pilotes ALPA, pour conduire le gouvernement des États-Unis à enquêter sur le financement des Emirates, Etihad Airways et autres Qatar Airways, et à évaluer une remise en cause des accords de Ciel Ouvert entre les Etats-Unis et les Etats du Golfe.

La compagnie philippine cite aussi l’action des Pays-Bas, qui ont gelé en mai 2015 les droits de trafic aérien pour les compagnies du Golfe, celle du  ministre des Transports français Alain Vidalies en mars 2015, qui veut subordonner l’octroi des droits de trafic à des garanties contre les « subventions illégales et les pratiques déloyales » , ou le projet de la Commission Européenne de négocier un nouveau traité aérien avec les Etats du Golfe, appuyé par les gouvernements français et allemand.

« PAL appelle les autorités philippines à résister à toute pression pour accorder des droits de trafic supplémentaires aux transporteurs des Émirats Arabes Unis et à la place, les met au défi de lancer des vols directs vers des aéroports autres que Manille » , a conclu la compagnie aérienne.

En effet, le traité bilatéral existant entre les Philippines et les Émirats Arabes Unis permet à Emirates Airlines et Etihad Airways de réaliser au maximum 28 vols par semaine à destination de Manille, soit 14 pour chacune de ces deux compagnies, ainsi qu’un nombre de vols illimité vers Clark, Cebu et d’autres aéroports aux Philippines, selon Gulf News.

Emirates, qui exploite actuellement 14 vols par semaine entre Dubai et la capitale des Philippines, a donc épuisé le quota qui lui est alloué pour Manille et cherche à étendre les droits de trafic à 21 vols hebdomadaires par semaine sur cette ligne, en ajoutant un troisième vol quotidien, sans pour autant utiliser les droits vers les aéroports secondaires.

Etihad Airways veut aussi augmenter la fréquence des vols, mais n’a pas jusqu’à présent précisé sa demande.

Photo : Airbus A340-300 de Philippine Airlines – cc wikimedia / Eddie Maloney

Laissez un commentaire