Iberia envisage de créer une co-entreprise sur l’Atlantique Sud

Airbus A330 d' Iberia en vol - © Iberia

Iberia étudie la création d’une co-entreprise avec un autre transporteur sur les liaisons entre l’Europe et l’Amérique Latine afin d’en améliorer la rentabilité alors qu’elle est engagée dans un ambitieux plan d’expansion sur ce marché également convoité par Air France-KLM.

Le directeur exécutif de la compagnie espagnole, Luis Gallego, a dévoilé ce projet d’une nouvelle co-entreprise lors d’une interview avec Flightglobal. Son intention serait de lancer une alliance sur l’Atlantique Sud, sur le modèle de celle à laquelle Iberia participe déjà sur l’Atlantique Nord avec sa compagnie-soeur British Airways, ainsi qu’American Airlines et Finnair.

« Nous sommes en train de regarder si une nouvelle JV (Joint-Venture ou co-entreprise, ndlr) peut faire sens pour Iberia, par exemple sur l’Atlantique Sud où, comme nous l’avons dit auparavant, nous sommes les leaders de ce marché, et si des alliances peuvent aider à améliorer la rentabilité des routes » , a déclaré le dirigeant d’Iberia.

Le partenaire le plus évident pour cette nouvelle co-entreprise serait le groupe LATAM, déjà allié à Iberia au sein de l’alliance Oneworld avec des accords de partage de codes sur des marchés tels que le Brésil, la Colombie, le Pérou et l’Équateur. Premier groupe aérien d’Amérique Latine, LATAM détient TAM Airlines au Brésil et LAN Airlines au Chili, qui opéreront toutes les deux dès le début de l’année 2016 sous la même dénomination de LATAM Airlines afin de créer de nouvelles synergies dans l’utilisation de la flotte et l’exploitation du réseau. La participation à une co-entreprise sur l’Atlantique Sud, avec un partage des coûts et des recettes, pourrait en augmenter les effets. LATAM a d’ailleurs indiqué à des médias sud-américains qu’il était ouvert à examiner des propositions de nouveaux partenariats.

De son côté, Iberia a considérablement renforcé sa présence sur le marché latino-américain au cours des derniers mois, grâce à un retour aux bénéfices et à de nouveaux accords de compétitivité avec ses employés, notamment ses pilotes. La compagnie est retournée à Montevideo en Uruguay en septembre 2014, après plus d’un an d’interruption, et elle vient d’annoncer une augmentation de 23% de sa capacité vers cette destination à partir du 03 février 2016. Elle a ouvert Saint Domingue également en septembre 2014; La Havane en juin 2015; Medellin et Cali en juillet 2015 – intensifiant ainsi la concurrence avec deux rivales de SkyTeam : Air France-KLM, présent à chacune de ces nouvelles destinations (à l’exception de Medellin); et l’espagnole Air Europa, présente aussi à Montevideo, Saint Domingue et La Havane.

Iberia, qui vole aujourd’hui vers 19 destinations en Amérique Latine, vise aussi à créer à Madrid une plateforme de correspondance pour les liaisons depuis ce continent et l’Europe, l’Afrique et l’Asie. Elle vient d’annoncer un ambitieux plan d’expansion, avec l’ouverture envisagée de nouvelles destinations, comme Guadalajara, Managua, San Juan de Porto Rico, Brasilia, et Asunción sur son marché historique latino-américain, mais aussi Tokyo, Doha, Johannesburg ou encore Toronto. Sa maison-mère, International Airlines Group (IAG, qui détient également British Airways et Vueling), vient de commander à cet effet onze nouveaux longs-courriers qui lui sont destinés, soit huit A350-900 XWB et trois A330-200, livrables entre 2016 et 2021.

De quoi contrer l’expansion d’Air France-KLM en Amérique Latine, second groupe européen sur ce marché en termes de sièges offerts, derrière Iberia. A elles deux, Air France et KLM desservent 15 destinations sur ce continent, représentant environ 11% de leurs capacités. Celles-ci ont été augmentées de 28% sur le Brésil, 40% vers Buenos Aires, 40% vers Lima et 50% vers Santiago et Panama entre 2014 et 2013.

Photo : Airbus A330 d’ Iberia en vol – © Iberia

Laissez un commentaire