Malaysia Airlines et Air India débutent leurs vols pour les pèlerins du Hadj

Boeing 777-300ER d'Air India - CC Wikimedia / Adrian Pingstone

Malaysia Airlines et Air India ont indiqué séparément dimanche qu’elles effectuaient leurs premiers vols charters de l’année pour les pèlerins du Hadj.

Malaysia Airlines a prévu au total 39 vols pour l’événement religieux qui se tient chaque année en Arabie Saoudite. Les appareils rejoignent deux destinations, les aéroports de Djeddah et Médine, au départ de sept points en Malaisie, soit Kuala Lumpur (treize vols), Penang (cinq vols), Johor Bharu (six vols), Kuching (trois vols), Kota Kinabalu (deux vols), et Kuala Terengganu et Alor Setar (deux vols).

Ainsi, le vol MH8000 a marqué le lancement de ces vols charters. Le départ a eu lieu le 16 août à 12h35 de Kuala Lumpur, pour une arrivée programmée à Médine à 16h20 le même jour, avec 279 pèlerins à bord, selon un communiqué de Malaysia Airlines.

Pour la première fois, la compagnie met aussi en place un vol en correspondance depuis Kota Bahru vers Kuala Lumpur, avec six services prévus entre les deux villes en Boeing 737-800 NG.

Au total, 22.320 pèlerins malaysiens sont attendus en Arabie Saoudite pour le Hadj. Ils emprunteront 64 vols, dont 25 effectués également par la compagnie aérienne de l’Arabie Saoudite, Saudia Airlines (le premier de ces vols étant parti également le 16 août de Kuala Lumpur, à 05h30 pour une arrivée à Médine à 08h35).

De son côté, Air India effectuera 230 vols en deux phases depuis sept points en Inde (Delhi, Srinagar, Bombay, Cochin, Hyderabad, Goa et Nagpur), uniquement vers Djeddah.

De cette manière, 115 vols sont programmés dans le sens aller entre le 16 août et le 17 septembre 2015, et 115 autres dans le sens retour entre le 28 septembre et le 28 octobre 2015. La compagnie indienne exploite sur ces liaisons un Boeing 777-300ER. L’année dernière, elle a transporté près de 136.000 pèlerins entre l’Inde et l’Arabie Saoudite.

Air India, qui est détenue comme Malaysia Airlines par son gouvernement, s’attend à réaliser un faible profit avec ces vols de pèlerinage, malgré les subventions qu’elle perçoit à cette occasion (et qui disparaitront au plus tard en 2022 sur injonction de la Cour suprême indienne). Les billets sont en effet vendus au moins deux fois moins cher que les vols réguliers. En outre, « la compagnie aérienne peut engager des dépenses supplémentaires en raison des retards imprévus alors que de nombreux transporteurs internationaux opérent des vols similaires, ce qui encombre le ciel et les aéroports d’Arabie Saoudite » , a expliqué un dirigeant d’Air India au média indien Livemint.

La compagnie indienne assure des vols pour les pèlerins vers l’Arabie Saoudite depuis 1954, à l’époque avec un Boeing 707 sur la liaison Bombay – Djeddah – Bombay, puis avec un Boeing 747 à partir de 1979.

Cinq ans plus tard, Saudia a commencé à participer à ses vols charters entre l’Inde et l’Arabie Saoudite pour le Hadj, en assurant la moitié des liaisons. Les pèlerinages par bateau ont pour leur part cessé en 1995.

Photo : Boeing 777-300ER d’Air India – CC Wikimedia / Adrian Pingstone

Laissez un commentaire