Korean Air passe dans le rouge au 1er semestre

Boeing 777-300ER de Korean Air à Séoul Incheon - CC wikimedia / Minseong Kim

Korean Air enregistre au premier semestre 2015 un résultat net consolidé négatif, alors qu’il était positif pour la même période de l’année dernière. La première compagnie sud-coréenne est impactée par l’évolution des taux de change et d’autres facteurs conjoncturels. Elle adapte sa stratégie pour les mois à venir.

Korean Air a publié le 13 août un résultat net consolidé de -302 milliards de won (-230 millions d’euros) pour les six premiers de l’année, alors qu’il s’établissait à +206 milliards de won (+157 millions d’euros) pour la même période de 2014.

La compagnie est particulièrement touchée par l’évolution des taux de change : ceux-ci ont contribué pour plus de la moitié au résultat négatif, induisant des pertes de 174 milliards de won (133 millions d’euros) durant la période, alors qu’ils ont eu l’année dernière un impact positif de 321 milliards de yuan (245 millions d’euros). En particulier, la faiblesse du won face au dollar alourdit le remboursement des prêts bancaires de Korean Air, dont 63% de la dette est libellée en dollar (contre 25% en won).

Hors effet de change et éléments exceptionnels, Korean Air a d’ailleurs dégagé au premier semestre un bénéfice opérationnel de 187 milliards de won (143 millions d’euros), soit une très nette amélioration par rapport à l’année dernière, où il s’établissait à 1 milliard de won (763.000 euros). Les coûts opérationnels ont baissé de 5,6% durant la période, compensant largement la baisse de 2,4% du chiffre d’affaires, qui s’établit à environ 5.500 milliards de won (4,2 milliards d’euros) sur les six premiers mois de 2015.

En particulier, les revenus ont baissé aux cours du deuxième trimestre en raison de l’épidémie de MERS (Middle East Respiratory Syndrome) survenue en Corée et de surcharges carburant faibles, note Korean Air. Tous les réseaux ont été affectés : les revenus ont diminué de 10% vers l’Océanie, de 9% vers l’Amérique, de 8% en Corée, de 8% également vers la Chine et de 4% vers le Japon – à l’exception de l’Europe où ils sont stables, mais cette région ne représente que 19% du chiffre d’affaires global de la compagnie aérienne.

Ainsi pour le deuxième trimestre 2015, les rendements s’établissent à 8 centimes de dollars à l’international, en baisse de 17,5% par rapport à la même période de 2014, et à 15,9 centimes de dollars sur le domestique, en baisse de 20,9% en un an. Le trafic (en RPK) a progressé de 7,6% à l’international, avec des capacités (en SKO) en hausse de 3,3%; il a progressé de 9,8% sur les vols intérieurs, avec des capacités en augmentation de 1,8%. Le coefficient d’occupation des sièges ressort à 76,3% à l’international (en amélioration de 3 points de pourcentage par rapport au 2e trimestre 2014), et à 2,4% sur le réseau domestique (en amélioration de 5,4 points).

Pour le 3e trimestre 2015, Korean Air s’attend à une demande en augmentation pour les vols passagers, en raison de la fin de l’épidémie de MERS et des vacances en Corée. Elle va renforcer les routes les plus rentables et concentrer ses efforts marketing vers les touristes étrangers pour maximiser les profits.

Les fréquences seront augmentées au départ de Séoul Incheon vers l’Europe (en particulier vers Paris Charles de Gaulle et Vienne), l’Amérique du Nord (Las Vegas, Vancouver et Honolulu), ainsi que l’Asie (Danang, Siem Reap, et Guam, mais au départ de Busan pour cette dernière).

Au 30 juin 2015, la flotte de Korean Air comprenait 153 appareils, dont 125 pour le transport des passagers (10 Airbus A380, 28 A330, 13 Boeing 747-400, 35 777 et 39 737) et 28 pour le transport de marchandises (17 Boeing 747F, six 747-8F, cinq 777F).

Treize nouveaux avions passagers (et aucun cargo) viendront s’ajouter d’ici la fin 2015, soit un A330 (livrable en août), quatre 747-8i (en août, septembre, octobre et novembre), quatre 777 (en juillet, août, septembre et décembre), et quatre 737 (en juillet, septembre, octobre et novembre).

Photo : Boeing 777-300ER de Korean Air à Séoul Incheon – CC wikimedia / Minseong Kim

Laissez un commentaire