Alitalia menace de quitter Rome Fiumicino

Airbus A321-100 d' Alitalia à l'aéroport de Rome - Fiumicino en 2008 - cc wikimedia / Aldo Bidini

Alitalia est excédée par la mauvaise qualité de service et les incidents à répétition qui perturbent ses opérations à Rome Fiumicino. Elle a menacé hier d’aller voir ailleurs.

« Si Fiumicino continue de se concentrer sur les transporteurs low-cost et des services médiocres, Alitalia sera obligée d’aller chercher sa croissance ailleurs » , prévient le 29 juillet Silvano Cassano, directeur exécutif d’Alitalia.

La compagnie italienne, qui est détenue depuis le 1er janvier de cette année par Etihad Airways, estime que l’aéroport ne correspond plus à ses ambitions. « Notre plan de relance est complexe, et dans l’un des secteurs les plus concurrentiels d’Italie et du monde, l’aéroport de Fiumicino dans son état actuel ne constitue pas une infrastructure appropriée pour servir de plaque tournante à une compagnie aérienne avec nos ambitions » , explique le dirigeant.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase est sans doute la décision de l’aéroport de suspendre les décollages mercredi, en raison d’un incendie qui s’est déclenché à proximité des pistes.

Il est vrai qu’Alitalia se remettait tout juste de la fermeture pendant plus de deux mois du Terminal 3, ravagé début mai par un incendie et réouvert seulement la semaine dernière. « Un événement qui nous a profondément affecté » , admet le directeur exécutif d’Alitalia, bien que durant cette période, la compagnie aérienne « ait renoncé à toute controverse » .

Alitalia va néanmoins réclamer à l’aéroport 80 millions d’euros à titre de dommages-intérêts liés à l’annulation de milliers de vols et aux problèmes opérationnels, qui ont mis en évidence selon elle la fragilité de l’infrastructure aéroportuaire dans son ensemble.

« Les problèmes de Fiumicino proviennent d’une planification et d’investissements inadéquats pendant des années et des années,  et ils sont désormais devenus structurels. Nous espérons que l’attention (de l’aéroport) se portera moins sur les finances et davantage sur le marché et les besoins des passagers » , a déclaré Silvano Cassano.

L’aéroport fera des investissements

Aeroporti di Roma (ADR), qui gère la plateforme de Fiumicino, a immédiatement réagi aux annonces d’Alitalia. Il faut dire que la compagnie italienne représente 50% des opérations sur l’aéroport.

ADR rappelle ainsi qu’une enquête est en cours pour déterminer les responsabilité dans l’incendie du 07 mai. En outre, un plan d’investissements de 11 milliards d’euros a été décidé en 2013, après cependant plus de dix ans d’inactivité, concède la groupe.

En tout cas, une compagnie aérienne a déjà décidé de quitter Fiumicino : easyJet  fermera sa base à compter d’avril 2016. Les avions seront redéployés essentiellement vers Venise, Milan Malpensa et Naples. La low-cost britannique a expliqué sa décision en citant des rendements plus faibles à Fiumicino qu’ailleurs, une dégradation des performances, un doublement de la redevance passagers, de faible niveaux de ponctualité, et un mécontentement de sa clientèle.

Photo : Airbus A321-100 d’ Alitalia à l’aéroport de Rome – Fiumicino en 2008 – cc wikimedia / Aldo Bidini

Laissez un commentaire