La France et l’Iran en négociation pour développer leurs liaisons aériennes

Boeing 747-100 d'Iran Air - cc wikimedia / Arpingstone

Alors que ses relations diplomatiques avec l’Occident s’améliorent, l’Iran cherche à augmenter les liaisons directes avec l’Europe opérées par des compagnies aériennes iraniennes ou étrangères. Des discussions sont en cours avec la France pour porter à dix le nombre de vols entre les deux pays, au lieu de trois actuellement.

Une délégation des autorités françaises est attendue « prochainement » en Iran pour discuter du nombre de vols directs entre Paris et Téhéran, a indiqué le 25 juillet Mohammad Khodakarami, directeur adjoint de l’Organisation de l’Aviation Civile irannienne (CAO), cité par le Tehran Times.

Trois liaisons par semaine sont opérées aujourd’hui entre les deux capitales, et le projet vise à les porter à dix par semaine, a ajouté le responsable.

Celui-ci ne livre aucun autre détail. Notons que les vols existants sont opérés par Iran Air entre les aéroports Téhéran Imam Khomeini et Paris Orly. Cependant, la compagnie nationale iranienne n’est pas sans rencontrer des difficultés opérationnelles sur la plateforme parisienne, où elle n’a pu trouver de fournisseur pour se ravitailler en carburant, en raison des sanctions économiques imposées par les Etats-Unis. Ceci l’a conduit à effectuer des escales techniques à Budapest (et précédemment à Zagreb, Belgrade ou Ljubljana) entre Paris et Téhéran, comme l’explique ce débat au Sénat entre un sénateur et le secrétaire d’Etat aux Transports.

Air France de son côté a lancé ses premiers vols réguliers vers Téhéran en 1946, et après plusieurs interruptions, les a repris entre 2004 et 2008. La liaison était alors opérée trois fois par semaine en Airbus A330-200 de 211 places.

Selon le directeur de l’aviation civile iranienne, l’ouverture du ciel iranien va également se traduire par un renforcement des liaisons avec la Russie (7 actuellement, bientôt 28) et la Turquie (70 actuellement, 100 dans un avenir proche).

Alitalia a demandé à porter ses fréquences entre Rome et Téhéran à cinq vols par semaine.

Le Portugal et l’Iran ont signé un protocole d’entente pour l’établissement de liaisons aériennes entre les deux pays.

L’augmentation des fréquences hebdomadaires vers les Etats riverains du Golfe est aussi envisagée, selon M. Khodakarami, qui ajoute que le lancement de vols vers l’Australie et le Danemark est à l’ordre du jour.

Plusieurs lignes vers l’Iran ont été inaugurées récemment. L’arrivée de la compagnie aérienne allemande Germania à Téhéran en février 2015 a porté à 14 le nombre des liaisons au départ de l’Allemagne.

La compagnie aérienne grecque Aegean Airlines a inauguré le 22 juillet un vol entre Athènes et Téhéran, opéré trois fois par semaine (les lundi, mercredi et samedi), en concurrence avec Mahan Air, le premier transporteur privé iranien.

Notons que Laurent Fabius, se rend à Téhéran à compter du 29 juillet, marquant ainsi la première visite d’un ministre français des affaires étrangères en Iran depuis 12 ans.

Photo : Boeing 747-100 d’Iran Air – cc wikimedia / Arpingstone