South African Airways lève son embargo sur les trophées de chasse

Airbus A340-200 de South African Airways - © Airbus

South African Airways (SAA) a levé jeudi l’embargo qu’elle avait placé d’elle-même en avril dernier sur certains trophées de chasse. La compagnie aérienne porte-drapeau de l’Afrique du Sud accepte en conséquence de transporter à nouveau les trophées de rhinocéros, d’éléphant, de tigre et de lion.

SAA a placé le 30 avril cet embargo après plusieurs incidents, où des trafiquants avaient usé de fausses déclarations et présenté des documents falsifiés pour l’envoi de trophées d’animaux. Des compagnies aériennes l’ont suivi à l’époque, comme Emirates Airline, et d’autres ont poursuivi le transport de ces trophées, comme Delta Air Lines.

Pour justifier son geste de lever à présent l’embargo avec effet immédiat, SAA dit être « en harmonie avec la politique du gouvernement » et « en conformité avec les protocoles internationaux » .

Cependant, « Nos décisions opérationnelles doivent correspondre aux intérêts notre entreprise » , explique Tlali Tlali, porte-parole de South African Airways. « Les embargos sont placés en fonction de circonstances. Ils peuvent être également levés lorsque la situation change ou s’améliore » , ajoute-t-il.

SAA se dit maintenant « convaincue » que les mesures prises dernièrement par le Département des Affaires Environnementales (DEA) de l’Afrique du Sud sont suffisantes pour éviter de nouveaux incidents. A l’époque où elle avait placé son embargo, la compagnie demandait des contrôles plus sévères de la part des autorités de son pays pour s’assurer que les trophées étaient bien légaux.

Se présentant comme « un fournisseur de services de transport aérien responsable » , SAA se dit d’ailleurs prête à continuer de travailler avec le DEA pour lutter contre le transport illégal de vie sauvage.

Rappelons que SAA vient aussi de mettre en place un plan de restructuration après avoir échappé à la faillite à la fin de l’année dernière.

Photo : Airbus A340-200 de South African Airways – © Airbus

Laissez un commentaire