Avec une nouvelle perte au premier semestre, Air France-KLM veut accélérer Perform 2020

Boeing 777-300ER d'Air France et KLM - © Air France - KLM

Malgré une progression du chiffre d’affaires et du nombre de passagers transportés, le groupe Air France – KLM a présenté vendredi des résultats décevants, marqués une nouvelle fois par des pertes en augmentation, ce qui le conduit à accélérer le plan stratégique Perform 2020 avec un nouveau plan d’économie de 300 millions d’euros supplémentaires et de nouveaux ajustements sur la flotte et le réseau. Le groupe veut également relancer le projet Transavia Europe et en appelle au soutien des pouvoirs publics en faveur du transport aérien.

Au premier semestre 2015, le chiffre d’affaires d’Air France-KLM s’est établi à 12,3 milliard d’euros, contre 12,0 milliards d’euros en 2014, en hausse de 2,4% (mais en baisse de 3,6% à change constant). Le nombre de passagers transportés sur les six premiers mois de l’année 2015 est en hausse de 1,0% par rapport à la même période de l’année dernière, à 42,6 millions de passagers. Ce résultat est dû à Transavia (en forte hausse de 9,9% avec 4,7 millions de passagers) plutôt qu’à Air France, KLM et HOP! (0,0% avec 37,8 millions de passagers). Les avions sont remplis : le coefficient d’occupation des sièges ressort à 83,8% chez Air France, KLM et HOP! (stable), à 89,5% chez Transavia (+0,3 point par rapport à l’année dernière). L’activité maintenance est en forte progression, avec un chiffre d’affaires en hausse de 22,4% et un carnet de commandes en hausse de 44% pour les mois à venir.

Mais d’un autre côté, l’activité cargo continue de plomber les comptes, avec un résultat d’exploitation qui ressort négatif à -141 millions d’euros (en dégradation de 62 millions d’euros par rapport à l’année dernière), et un tonnage transporté qui recule fortement de -9,1% à 596 millions de tonnes. Transavia, dont le développement rapide sera poursuivi au 2e semestre 2015, est exposée à la Tunisie, au Maroc et à la Grèce, qui représentent à eux trois 22% des vols opérées à l’été 2015. En fonction de l’évolution de la situation sur ces marchés, le chiffre d’affaires et la rentabilité de la low-cost « pourraient être affectés de manière conjoncturelle » , prévient le groupe.

Sur les six premiers mois de l’année, la totalité de l’économie obtenue sur la facture carburant (683 millions d’euros hors change) a été absorbée par la pression sur les recettes unitaires (545 millions d’euros hors change) et l’effet change négatif (135 millions d’euros).

En définitive, les pertes augmentent de 3%, avec un résultat net de -638 millions d’euros. Le groupe a cependant réussi à diminuer son endettement de 857 millions d’euros par rapport au 31 décembre 2014, avec une dette nette ramenée à 4,55 milliards d’euros au 30 juin.

« Au premier semestre 2015, les résultats d’Air France-KLM ont été marqués par une exceptionnelle volatilité des taux de change et du prix du carburant et par une pression accrue sur les recettes unitaires. Toutes les initiatives de réduction des coûts liées à Perform 2020 ont été identifiées et chiffrées, et des accords de productivité ont déjà été conclus chez KLM. Transavia poursuit son développement rapide, et desservira 47 villes au départ de Paris cet été. L’activité maintenance affiche une forte croissance » , souligne Alexandre de Juiniac, PDG d’Air France – KLM.

« L’absence d’amélioration de nos résultats nous amène à prendre des mesures supplémentaires d’application immédiates, incluant notamment la fermeture de lignes fortement déficitaires, la révision à la baisse de nos capacités pour la prochaine saison hiver, et à accélérer et amplifier nos initiatives de réduction des coûts. A la suite de l’accord signé par KLM avec ses syndicats, un aboutissement rapide des négociations avec les syndicats d’Air France est indispensable pour relancer la dynamique d’amélioration de nos résultats. A ce moment charnière dans l’histoire d’Air France-KLM, le Conseil comme moi-même sait qu’il peut compter sur l’esprit de responsabilité et l’attachement de l’ensemble des personnels du Groupe pour nous permettre de retrouver le chemin de la croissance » , poursuit le PDG.

Air France-KLM va accélérer une nouvelle fois le plan Perform 2020. Un nouveau programme de « réduction des frais généraux et administratifs » d’un montant de 300 millions d’euros est mis en place, sur un total d’environ 1,5 milliard d’euros.

Considérant la pression sur les recettes unitaires, le groupe ajuste son réseau pour le deuxième semestre, en particulier sur les lignes les plus faibles à destination du Brésil et du Japon. Dans son programme hiver 2015-16, il prévoit ainsi de réduire ses capacités sur le Japon de 14%, sur le Brésil de 5%, et sur l’Afrique de l’Est de 6%. La capacité devrait ainsi être stable au quatrième trimestre, et la croissance sur l’année devrait être limitée à +0,6%, comparé à +1,1% prévus en février.

La flotte n’est pas épargnée. La livraison des premiers Airbus A350-900 XWB, prévue initialement pour 2018, est reportée « à début 2019 » , selon Alexandre de Juniac lors de la conférence de presse qui a suivi la présentation des résultats. Un Airbus A340, cinq avions régionaux et neuf avions cargo seront retirés de la flotte d’ici fin 2016. Toutefois, KLM prendra bien livraison de son premier Boeing 787-9 Dreamliner en octobre de cette année.

Le groupe va également relancer le projet Transavia Europe, abandonné lors de la grève de quinze jours des pilotes en septembre 2014 et annonce une reprise des discussions. « Nous visons une extension de Transavia en dehors de France et Pays-Bas à l’été 2016 » , précise Alexandre de Juniac. 

En outre, Air France-KLM en appelle à l’intervention des pouvoirs publics français, néerlandais et européens. « Les États doivent renforcer leur soutien au secteur aerien » insiste à nouveau le PDG.

Ce dernier a également indiqué qu’il n’avait « pas de discussions sur une entrée d’Etihad Airways dans capital du Groupe » .

Un commentaire sur “Avec une nouvelle perte au premier semestre, Air France-KLM veut accélérer Perform 2020

  1. La volonté d’ADJ de détruire AF est flagrante. 15 destinations en moins donc autant de moyen courrier…retour d’AF dans le bas niveau des compagnies mondiales…triste surtout que les autres ouvrent des lignes à tout va…

Laissez un commentaire