Aeromexico lance un vol entre Mexico et Cozumel

Embraer ERJ145 d' Aeromexico - cc wikimedia / Eddie Maloney

Aeromexico vient d’annoncer une liaison directe à partir de cet automne entre son hub de Mexico et l’île de Cozumel au Yucatan, facilitant l’accès à cette destination touristique.

La compagnie mexicaine membre de l’alliance SkyTeam volera dès le 1er octobre 2015 entre l’aéroport de Mexico Benito Juarez (MEX) et Cozumel (CZM) à raison d’un vol par jour en Embraer ERJ145 de 50 places. Dans le sens aller (vol AM2450), le départ de Mexico est programmé à 12h00 et l’arrivée à Cozumel à 14h22; dans le sens retour (vol AM2451), le décollage de Cozumel est prévu à 14h50 et l’arrivée à Mexico à 17h22.

« Les 700 sièges hebdomadaires disponibles sur cette route auront un impact positif sur les arrivées à Cozumel parce que les voyageurs auront désormais un accès direct à cet endroit touristique, grâce à la connectivité étendue d’Aeromexico qui comprend 80 destinations nationales et internationales« , a souligné dans un communiqué Anko van der Werff, directeur général chez Aeromexico.

Ce nouveau service augmentera considérablement l’offre en sièges disponibles entre la capitale du Mexique et l’île de Cozumel, puisque seule la compagnie aérienne low-cost mexicaine Interjet relie actuellement les deux aéroports, à raison de quatre vols par semaine en Airbus A320 de 150 places (soit 1.200 sièges hebdomadaires).

Par avion, Cozumel est essentiellement accessible aujourd’hui via les Etats-Unis ou le Canada, avec plusieurs compagnies, dont American Airlines, Air Canada, Air Transat, Delta Air Lines, United Airlines et Westjet.

Cette nouvelle destination porte à 46 le nombre d’aéroports desservis par Aeromexico à l’intérieur du Mexique, sur un total de 80 dans le monde (dont 16 aux Etats-Unis, 3 en Europe et 3 au Canada). La flotte de la première compagnie mexicaine comprend plus de 120 appareils – des Boeing 787, 777, 767 et 737 ainsi que des Embraer brésiliens ERJ145, 170, 175 et 190.

Photo : Embraer ERJ145 d’ Aeromexico – cc wikimedia / Eddie Maloney

Laissez un commentaire