South African Airways lance sa restructuration

Airbus A340-600 de South African Airways - cc wikimedia / fae

Après un plan d’action de 90 jours achevé en mars dernier pour éviter la faillite, South African Airways, la compagnie aérienne nationale de l’Afrique du Sud, vient de présenter les objectifs de son plan de restructuration à long-terme, portant notamment sur le réseau, les partenariats, les revenus et la structure de coûts.

South African Airways (SAA) enregistre déjà les premiers effets positifs des mesures prises dans le cadre de son premier plan d’action de trois mois, selon un communiqué en date du 30 juin.

Pour son exercice fiscal du 1er avril 2015 au 31 mars 2016, elle s’attend à une amélioration de ses résultats financiers de l’ordre de 1,25 milliard de rands (91 millions d’euros) en termes d’EBIDTA (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement). Depuis le début de la période, elle a réduit ses coûts opérationnels de 14% et ses coûts unitaires de 7% par rapport à l’année dernière. Le lancement le 2 août prochain de sa nouvelle ligne entre Accra et Washington (dans le prolongement de Johannesburg) a reçu une réponse du marché « positive » . La qualité de son service a été distinguée par deux récompenses de Skytrax le mois dernier. Toutefois la faiblesse du marché intérieur en Afrique du Sud reste un handicap : alors que SAA a augmenté de 7% l’offre de sièges, la croissance de la demande n’a été que de 2%, ce qui indique des surcapacités de l’ordre de 5% sur ce marché, note la compagnie.

Plusieurs mesures vont être prises sur le long terme pour conforter ces premiers résultats.

Après une « étude approfondie » , le réseau et le plan de flotte vont être révisés, la compagnie estimant les gains possibles à 2,5 milliards de rands par an, ce qui « va réduire considérablement les pertes et mettre la compagnie aérienne en position pour la croissance future » . Aucun détail n’est donné à ce stade, mais SAA précise néanmoins qu’elle prévoit « une croissance significative en Afrique » , aussi bien pour le trafic passagers que pour le fret et les services techniques. Elle opère déjà dans plus de 50% des 54 États membres de l’Union africaine.

SAA continuera également à développer les partenariats, à l’image de celui conclu avec Etihad Airways qui s’est intensifié en mars dernier, lui permettant d’ajouter 26 destinations supplémentaires et sources de marchés. Elle vient d’ailleurs de renforcer celui avec Air Mauritius afin de vendre sans limitation de sièges les vols entre l’Afrique du Sud et l’île Maurice opérés par sa partenaire.

Des mesures seront également entreprises sur les recettes, qui feront l’objet d’une « gestion plus serrée » . Sont également prévues une nouvelle stratégie de distribution (en collaboration avec les agences de voyage), ainsi que des actions en termes de marketing et de communication.

La compression des coûts demeure un secteur clé de la restructuration, indique aussi SAA. La compagnie reconnaît qu’il s’agit du moyen le plus rapide et le plus efficace pour assurer sa rentabilité de façon durable. Elle va continuer à optimiser sa compétitivité par des efforts « dans tous les domaines » , allant de la gestion du coût du travail à la chaîne d’approvisionnement. Elle espère ainsi réaliser plus de 2 milliards de rands d’économie annuellement.

Par ailleurs, la gouvernance sera renforcée et les ressources humaines incitées à aller vers plus « de responsabilité individuelle » .

Rappelons que SAA ne publie plus ses comptes depuis trois ans. Membre de Star Alliance, elle vole vers une quarantaine de destinations avec une flotte composée de 12 Boeing 737-800 NG, 20 Airbus A319/A320, 6 Airbus A330-200, 17 A340-300/600, auxquels s’ajoutent 3 Boeing 737-300 cargo.

> Plus d’actualités sur South African Airways

Photo : Airbus A340-600 de South African Airways – cc wikimedia / fae

Laissez un commentaire