Les compagnies aériennes des Philippines retirées de la liste noire de l’Union Européenne

Vue aérienne de l'aéroport Paris Charles de Gaulle - © Air France

Les compagnies aériennes immatriculées aux Philippines sont désormais autorisées à voler vers l’Union Européenne, selon une décision de Bruxelles. Toutefois, 232 transporteurs dans le monde restent néanmoins interdits d’accès et 8 autres sont frappés de restrictions.

La Commission européenne a actualisé le 25 juin la liste des transporteurs aériens faisant l’objet d’une interdiction ou de restrictions d’exploitation dans l’Union européenne. Toutes les compagnies aériennes philippines, frappées depuis 2010 par cette interdiction, en ont été retirées et sont, dès lors, autorisées à exercer des activités dans l’espace aérien européen.

Jusqu’à présent, seules Philippines Airlines (qui dessert uniquement Londres Heathrow en Europe) et Cebu Pacific (absente de ce continent) ne figuraient pas sur la liste noire.

Cette mise à jour ne s’accompagne pas de nouvelles interdictions.

« Après cinq années de travail intensif, nous sommes enfin en mesure de lever l’interdiction d’exploitation qui pesait sur les transporteurs aériens certifiés aux Philippines. Dotées d’un secteur aérien non négligeable connaissant une croissance rapide, les Philippines sont un pays important. D’autres pays qui ont des difficultés à faire coïncider leurs capacités de surveillance en matière de sécurité avec la croissance de leurs activités dans ce secteur pourraient tirer parti de l’expérience que traduit le résultat obtenu aujourd’hui. Par ailleurs, je me réjouis de constater que d’autres pays accomplissent des progrès notables. La Commission assure un suivi permanent des améliorations apportées dans les pays tiers pour que les compagnies aériennes effectuant des vols à destination de l’Union européenne répondent aux normes de sécurité les plus élevées » , a déclaré Violeta Bulc, commissaire pour les transports.

Pour 20 pays, tous les transporteurs aériens qui y sont certifiés, soit 231 au total, font l’objet d’une interdiction générale d’exploitation dans l’UE. Il s’agit des pays suivants: Afghanistan, Angola (à l’exception d’un transporteur qui est soumis à des conditions et à des restrictions d’exploitation), Bénin, République du Congo, République démocratique du Congo, Djibouti, Guinée équatoriale, Érythrée, Gabon (à l’exception de 2 transporteurs qui sont soumis à des conditions et à des restrictions d’exploitation), Indonésie (à l’exception de 4 transporteurs), Kazakhstan (à l’exception d’un transporteur qui est soumis à des conditions et à des restrictions d’exploitation), Kirghizstan, Liberia, Libye, Mozambique, Népal, Sao Tomé-et-Principe, Sierra Leone, Soudan et Zambie.

Cette liste comprend également un transporteur isolé: Blue Wing Airlines (Suriname), ce qui donne un total général de 232 transporteurs aériens faisant l’objet d’une interdiction d’exploitation dans l’UE.

La liste inclut en outre 8 transporteurs faisant l’objet de restrictions d’exploitation. Ceux-ci ne peuvent effectuer des vols à destination de l’Union qu’en utilisant des types d’aéronefs particuliers: Air Astana (Kazakhstan); Afrijet et SN2AG (Gabon); Air Koryo (République populaire démocratique de Corée); Air Service Comores (Comores); Iran Air (Iran); TAAG Angolan Airlines (Angola), et Air Madagascar (Madagascar).

Les transporteurs aériens certifiés au Ghana, qui figuraient sur cette liste, en ont été retirés, la Commission ayant obtenu de ce pays les garanties nécessaires que ces compagnies aériennes n’existaient plus et que leurs aéronefs n’étaient plus exploités.

La liste détaillée des compagnies aériennes frappées d’interdiction ou de restrictions sera communiquée après sa publication au journal officiel européen.

Photo : Vue aérienne de l’aéroport Paris Charles de Gaulle – © Air France

 

Laissez un commentaire