Air France-KLM : interview croisée des PDG d’Air France et de KLM

Frédéric Gagey, PDG d'Air France, et Pieter Elbers, PDG de KLM

Air France-KLM a publié mercredi une interview croisée de Frédéric Gagey, PDG d’Air France, et de Pieter Elbers, PDG de KLM. Les deux dirigeants livrent les objectifs que chacune des deux compagnies s’est fixée pour le plan Perform 2020, la montée en gamme, la stratégie numérique et le développement durable. Air Info reproduit intégralement le texte de cette interview.

Le plan Perform 2020 vise plus 
de croissance et de compétitivité pour le Groupe. Comment cela se traduit-il au sein de chaque compagnie ?


Frédéric Gagey : Transform 2015, notre plan précédent, a rempli ses objectifs avec une réduction des coûts annuels d’Air France-KLM de plus d’un milliard d’euros en trois ans. Aujourd’hui, nous entrons dans une nouvelle phase avec Perform 2020. Air France doit poursuivre sa transformation pour gagner en rentabilité tout en remportant la préférence
 de ses clients. Sur les trois prochaines années, nous visons une réduction de nos coûts
de 650 millions d’euros.

Cet effort équivaut à
une diminution de nos coûts unitaires de 1,5 % en moyenne par an. Parallèlement, chaque entité est mobilisée sur de nombreux projets transverses. Sur le secteur du low cost tout d’abord, avec le fort développement de Transavia en France qui deviendra le premier transporteur low cost à Paris-Orly dès l’été 2015, avec près de 50 destinations desservies.

Mais également sur le court-courrier, avec 
le regroupement de l’activité HOP! Air France, pour gagner en agilité sur ce réseau qu’il 
nous faut reconquérir.


Pieter Elbers : L’environnement du transport aérien évolue très vite. KLM doit apprendre
 à s’adapter plus rapidement si elle tient à conserver sa place dans ce secteur extrêmement concurrentiel. Perform 2020 est un plan dynamique, établi pour réduire nos coûts mais également permettre des investissements. Comme chez Air France, nos coûts unitaires doivent baisser de 1,5 % en moyenne par an chez KLM, ce qui représentera environ 390 millions d’euros sur les trois prochaines années.

Pour continuer à développer notre rentabilité et à travailler plus efficacement, KLM doit également investir dans ses processus de fonctionnement. La baisse des coûts doit notamment passer par d’importants efforts de productivité, que nous avons fixés à moins de 4 % par an. Une organisation plus horizontale est également nécessaire.

Revenons sur votre stratégie de montée en gamme. En 2015, où en est-on ?

Frédéric Gagey : La montée en gamme de l’ensemble de nos produits et services se poursuit, et nous en récoltons déjà les fruits. Chez Air France, nous installons progressivement de nouvelles cabines sur nos Boeing 777. À la fin de la saison été 2015, 21 appareils seront ainsi équipés. Les dernières enquêtes menées auprès de nos clients montrent qu’ils apprécient ces aménagements, avec des notes de confort multipliées par deux par rapport aux sièges précédents. C’est une réelle satisfaction pour l’ensemble des collaborateurs mobilisés sur ce beau projet. Sur le moyen- courrier au départ de Paris-Charles de Gaulle aussi, nous avons tout revu. Depuis avril 2015, notre flotte d’Airbus A319 et A320 est progressivement équipée de nouveaux sièges
en cuir. Nos clients bénéficient également d’une nouvelle offre, aussi bien en termes de prix qu’en termes de services à bord. Notre révolution poursuit sa course, avec un objectif pérenne : viser le meilleur niveau mondial du transport aérien dans tous les domaines.

Pieter Elbers : KLM a lancé le Flight Plan 2015. Nous allons poursuivre nos efforts en faveur
 de la qualité du service et de l’optimisation du confort à bord. KLM a déjà rénové l’intérieur de la cabine World Business Class des Boeing 747. Nous avons également commencé l’installation de nouvelles cabines sur les Boeing 777-200, qui seront tous équipés en 2016.

Ce sera ensuite au tour des Boeing 777-300 de bénéficier aussi d’un aménagement rénové. Les nouveaux sièges de la classe Economy offrent davantage d’espace pour les jambes aux passagers. Des coussins spécialement conçus pour l’occasion ou encore des matières durables à haute densité permettront d’améliorer le confort des clients. Par ailleurs, le fait que les nouveaux sièges soient les plus légers de leur catégorie constitue aussi une amélioration. La diminution du poids entraîne des économies de carburant, qui réduiront à leur tour les émissions de CO2.
 Le réaménagement de la cabine offre à présent un nouveau système de divertissement, avec des écrans plus grands, des cartes 3D interactives et la possibilité de communiquer avec des passagers situés ailleurs dans l’avion, grâce à l’application Seat Chat.

La révolution du Groupe passe
 aussi par le digital. Comment investissez-vous ce domaine ?


Pieter Elbers :  KLM vient de fêter ses 95 ans. Cette longévité s’appuie sur l’innovation, la focalisation sur le client et la flexibilité de notre offre. Depuis 2009, KLM est pionnière dans
le domaine des services proposés via les réseaux sociaux. Nous offrons un guichet unique 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 en 14 langues sur six plates-formes, ce qui nous permet d’établir un véritable dialogue avec chacun de nos clients. Nous estimons qu’en nous engageant activement, nous pouvons apprendre, innover et faire la différence aux yeux des passagers. Nos agents sont déjà au premier rang en Europe, mais nous nous efforçons de nous surpasser
en permanence en termes de service aux clients.

Frédéric Gagey : Dans les technologies digitales, notre volonté est d’accompagner nos clients avant, pendant et après leur voyage sur nos lignes. Aujourd’hui, Air France vend un billet toutes les cinq secondes via ses canaux digitaux, soit l’équivalent de 35 Airbus A380
 par jour. C’est également avec le digital que nous pouvons proposer un voyage toujours plus serein, plus fluide, notamment lors du parcours de nos clients en aéroport. Cela contribue également à l’attractivité de nos hubs, comme 
à celle des aéroports régionaux que nous desservons. C’est un point fondamental de notre stratégie pour être au meilleur niveau.

Vous êtes un leader dans le domaine du développement durable. Comment entendez-vous conserver votre place?

Pieter Elbers : Perform 2020 comprend également des mesures concernant la responsabilité sociétale des entreprises. Au sein du Groupe leader de l’indice Dow Jones du développement durable, nous nous sommes fixé des objectifs afin de réduire nos déchets, de continuer à introduire des produits de restauration responsables et d’économiser en énergie. KLM, comme Air France, développe également de nombreuses initiatives pour promouvoir la filière des biocarburants durables.

Dans le cadre de cette démarche, chez KLM, notre ambition est de réduire les émissions de CO2 de 20 % d’ici à 2020, tant à bord qu’au sol. Cela passe également par le renouvellement de notre flotte, en introduisant le Boeing 787-9 et en remplaçant nos Fokker 70 par des Embraer 175+ et 190.

Frédéric Gagey : Dans le cadre de l’opération Lab’line for the Future, nous continuons d’exploiter une fois par semaine un vol alimenté en biocarburant entre Toulouse et Paris-Orly. C’est notre ligne test pour développer et promouvoir cette filière d’avenir. Par ailleurs, la flotte du Groupe intègre progressivement
des appareils de dernière génération :
le Boeing 787-9 comme l’a précisé Pieter, mais également l’Airbus A350. Ces nouveaux appareils contribueront à atteindre nos objectifs ambitieux en termes de réduction des émissions CO2 et sonore.

Photo : Frédéric Gagey, PDG d’Air France, et Pieter Elbers, PDG de KLM

Laissez un commentaire