Boycottée, Ryanair se paye ouvertement la tête du maire de Copenhague

Ryanair : campagne promotionnelle "Merci Frank" - source : Ryanair

Ryanair a lancé une campagne publicitaire où elle se paye ouvertement la tête du maire de Copenhague, qui a lancé un boycott sur la low-cost. Celle-ci le remercie à sa façon pour « la publicité gratuite » ayant engendré un record de réservations et de candidatures spontanées.

Le maire de la capitale danoise, Frank Jensen, a interdit aux 45.000 employés municipaux d’utiliser Ryanair pour leurs déplacements professionnels, même si la compagnie est la moins chère sur le trajet à effectuer. Il a indiqué dimanche sur son compte Facebook que « La ville de Copenhague n’accepte pas le dumping social » , car elle ne propose pas à ses employés « des salaires et des conditions de travail appropriés » .

La low-cost irlandaise s’est d’abord défendue d’une manière plutôt sobre, en chargeant son porte-parole, Ronan O’Keeffe, d’expliquer que le maire Jensen était « mal informé » . « Les pilotes et le personnel de cabine de Ryanair ont des salaires élevés, la sécurité de l’emploi et (ils bénéficient) de conventions collectives », a ainsi déclaré le porte-parole. Celui-ci a aussi indiqué que la décision du premier magistrat de la ville revenait à accorder un avantage concurrentiel à sa rivale SAS, partiellement détenue par l’Etat danois.

Mais dans le courant de la semaine, la défense de Ryanair a pris une toute autre tournure. La compagnie a lancé une campagne sur Twitter, avec plusieurs messages ridiculisant le maire de Copenhague.

L’un d’entre eux en particulier le caricature en Marie-Antoinette, connue pour ses dépenses somptuaires sur les deniers de l’Etat. « Voici les prix bas que le maire Frank Jensen ne veut pas que vous payez » , rajoute le tweet, qui compare les tarifs de Ryanair et ceux de SAS, supposés être jusqu’à cinq fois plus chers pour les mêmes destinations, selon la low-cost.

Pour s’assurer que tout le monde a bien compris, Ryanair a rajouté une couche le lendemain, avec un nouveau message, où le maire Jensen apparaît cette fois-ci dans un autre photomontage, le sourire aux lèvres dans une pose nonchalante, et brandissant une pancarte « SAS prix élevés » . « Voici ce que signifie la croissance de Ryanair à Copenhague » , précise le nouveau tweet : « plus de choix pour Copenhague, plus de touristes qui dépensent dans l’économie locale, plus d’emplois bien payés, des prix réduits pour les danois » . Et de conclure : « c’est pourquoi de plus en plus de danois intelligents choisissent Ryanair » .

Plus tard dans la même journée, un troisième message est venu enfoncer le clou, avec le lancement d’une campagne #NoThanksFrank (Non merci, Frank), montrant des équipages de Ryanair, manifestement très heureux de leurs salaires annuels – 150.000 euros pour les pilotes, 35.000 euros pour le personnel de cabine.

Enfin, la low-cost s’est fendu vendredi d’un communiqué au ton triomphal après avoir vu ses ventes bondir : « Ryanair célèbre une semaine de réservations records au Danemark, en hausse de 45%, grâce à l’ensemble de la publicité gratuite générée par le maire Frank Jensen. Nous avons également reçu plus de 100 demandes de pilotes danois qui veulent se joindre à Ryanair et gagner des salaires de plus de 1,1 million de couronnes danoises par an (147.000 euros, NDLR) » , constate Robin Kiely, responsable de la communication de Ryanair.

La low-cost en profite pour annoncer une promotion « Merci Frank » valable jusqu’à lundi prochain (photo principale), consistant en des tarifs à partir de 69 couronnes danoises (9,2 euros) pour quatre destinations au départ de Copenhague (Dublin, Londres, Milan, Varsovie). Ceci permet aux « 45.000 travailleurs municipaux, qui sont interdits par Frank de voler sur Ryanair, de profiter d’une pause bien méritée » , ironise la compagnie aérienne.

Cependant, Ryanair a beau manier l’humour, les syndicats danois ne lui disent pas merci. La Confédération Syndicale (LO) a entamé une procédure judiciaire à son encontre, pour déterminer si elle devait suivre la réglementation danoise ou irlandaise en matière de conventions collectives et de pratiques salariales sur sa base de Copenhague. Cette procédure est actuellement pendante devant les tribunaux.

> Plus d’actualités sur Ryanair

Crédit photo : Ryanair : campagne promotionnelle « Merci Frank » – source : Ryanair

Laissez un commentaire