Air France-KLM expose sa stratégie à ses actionnaires

© Air France-KLM

L’Assemblée Générale des actionnaires d’Air France-KLM s’est tenue le 21 mai 2015 à Paris. La direction du groupe a rappelé les chiffres fondamentaux de l’exercice 2014, indiqué sa stratégie face à l’évolution de l’industrie, et fait adopter les principales résolutions portées à l’ordre du jour.

Air France-KLM a indiqué devant ses actionnaires que son résultat d’exploitation pour l’activité passage s’est amélioré en 2014 de 115 millions d’euros, avec une baisse des coûts unitaires de 1,7% grâce au plan Transform 2015. Toutefois, les comptes ont été impactés à hauteur de 450 millions d’euros par la grève des pilotes en septembre 2014, a rappelé Pierre-François Riolacci, le directeur financier d’Air France-KLM. La branche cargo reste déficitaire; le secteur est en restructuration, marquée par la poursuite de la réduction des capacités tout cargo de 7,8%. L’activité maintenance est confirmé dans son rôle moteur pour le groupe, numéro deux mondial du secteur, avec un niveau record du carnet de commandes, en hausse de 28% à 5,9 milliards d’euros. Sur le plan financier, Transform 2015 a rempli ses objectifs, a estimé Air France-KLM, aussi bien pour les coûts annuels, en diminution de plus d’un milliard d’euros en trois ans, que pour la dette, en baisse de 30% depuis 2011, pour tomber à 4,7 milliards d’euros à fin mars 2015.

Le groupe a souligné qu’il voulait profiter de la hausse de la demande mondiale pour les voyages. « La croissance du transport aérien (5,9% sur l’année IATA 2014) est une opportunité pour Air France-KLM, que nous devons capter » , a indiqué le PDG, Alexandre de Juniac, tout en évoquant une « concurrence forte et parfois déséquilibrée par des opérateurs favorisés » , par des coûts du travail et des infrastructures avantageux, ainsi que de « généreuses subventions » .

« Une évolution du cadre réglementaire au plan national, européen et mondial est nécessaire pour la compétitivité » , a plaidé le dirigeant, en faisant allusion notamment aux négociations que veut mener l’Union Européenne avec les Etats du Golfe pour mettre fin à « la concurrence déloyale » de leur transporteurs.

Pas question cependant de rester sur la défensive. « Nous devons aller chercher la croissance où elle se trouve, partir à la reconquête commerciale et réduire nos coûts » , a déclaré Alexandre de Juniac.

Plusieurs volets ont été présentés pour cette stratégie. Ainsi, « l’activité Maintenance doit poursuivre son essor en développant les activités à forte valeur ajoutée et les acquisitions ciblées » , a indiqué le PDG.

Le groupe veut également « capter la croissance en s’appuyant sur (ses) partenaires comme SkyTeam » , qui lui permettent de tripler l’offre de sièges grâce aux partages de codes. En Asie, Air France-KLM entend « développer les partenariats stratégiques et profiter du contexte de croissance » , à l’image des nouvelles co-entreprises signées récemment, entre KLM d’un côté, China Eastern Airlines et Xiamen Airlines de l’autre. Sur le transatlantique, le groupe poursuit sa co-entreprise avec Delta Air Lines et Alitalia, même s’il a rappelé que des négociations sont en cours avec cette dernière. La co-entreprise transatlantique permet toutefois de « desservir 300 destinations aux Etats-Unis et 200 en Europe avec 24% de part de marché » . Au Brésil, la croissance passe par le renforcement du partenariat avec la low-cost GOL « pour poursuivre la hausse du trafic et de la recette » .

Sur le segment du low-cost, Air France-KLM cherche à « capter la croissance de la demande loisirs en Europe avec le développement de Transavia » , qui ouvre 14 nouvelles destinations en 2015, pour devenir « la première compagnie vers l’Europe depuis Paris Orly » , tandis qu’elle a commandé 20 Boeing 737 livrables à partir de 2016.

« La reconquête commerciale continue pour le Groupe avec une stratégie sur l’ensemble du réseau » , a souligné Air France-KLM, qui opère une montée en gamme aussi bien sur le long-courrier (un tiers de la flotte d’Air France et de KLM est équipée des nouvelles cabines), que sur le moyen-courrier (avec de nouveaux sièges en cuir pour les vols au départ de Charles de Gaulle, de nouveaux services et une nouvelle offre tarifaire). HOP! Air France est pour sa part chargée de chercher la croissance sur le réseau court-courrier, avec 600 vols par jour et une offre tarifaire destinée à concurrencer le train et la voiture.

Les ambitions d’Air France-KLM pour les cinq prochaines années sont déclinées avec le plan Perform 2020, qui comprend deux volets : d’un côté, un « ensemble de mesures de qualité de produit, d’attention au client et un plan de reconquête » ; de l’autre, des « objectifs de baisse des coûts unitaires de 1,5% par an, autour d’une méthode participative avec les personnels » .

Au cours de cette Assemblée, les 13.000 actionnaires présents ou représentés ont renouvelé pour 4 ans le mandat d’administrateur d’Alexandre de Juniac à 94,2% des voix, et le Conseil d’administration l’a renommé Président-directeur général du Groupe.

L’Assemblée a retenu le principe de l’attribution des droits de vote doubles aux actionnaires après une période de deux ans ; la résolution maintenant les droits de vote simple a en effet obtenu 56,6% de votes favorables, alors qu’elle en nécessitait 66,6% pour être adoptée.

« En renouvelant mon mandat, les actionnaires d’Air France-KLM expriment avant tout leur soutien au projet que nous avons élaboré depuis plusieurs mois, incarné par le plan stratégique Perform 2020. Avec ce plan, Air France-KLM construit son futur avec l’ensemble de ses personnels : tout en poursuivant sa transformation profonde, il investit dans ses produits, ses marques et les secteurs en croissance« , a conclu Alexandre de Juniac.

> Plus d’actualités sur Air France-KLM

Laissez un commentaire