TUI commande des Boeing 787-9, regroupe ses compagnies, sauf Corsair

Boeing 787-8 de Thomson Airways (groupe TUI) - © Boeing

TUI, le premier voyagiste européen, a passé commande à Boeing pour trois 787-9, et regroupe sous un même nom et une organisation centralisée les compagnies aériennes qu’il détient, à l’exception de la française Corsair International.

Boeing a indiqué le 14 mai que TUI a passé une commande pour un 787-9, assortie d’une option sur un exemplaire supplémentaire. Ce contrat représente une valeur théorique de 257 millions de dollars au prix catalogue. En outre, le voyagiste a converti deux 787-8 qui restaient à livrer en deux 787-9.

TUI opèrera ainsi treize 787-8 à partir de cet été et ajoutera à cette flotte trois 787-9 dans les trois prochaines années.

« En ajoutant le 787-9 à notre carnet de commandes, nous permettons à nos compagnies aériennes de continuer le développement de leur réseau long-courrier, et nos clients pourront accéder à de nouvelles destinations de loisirs passionnantes » , a expliqué Henrik Homann, le directeur général de l’aviation du groupe TUI. « Le Dreamliner s’est avéré très populaire auprès de nos passagers et nous voulons nous assurer que chacun d’entre eux commence ses vacances de la meilleure façon possible avec une expérience de vol exceptionnelle » , a-t-il ajouté.

TUI et Boeing entretiennent une longue relation, puisque l’avionneur américain a livré tout au long de son histoire 165 appareils aux compagnies aériennes du groupe. Celui-ci a en outre passé commande pour soixante exemplaires du futur 737 MAX.

A l’heure actuelle, chacune des six compagnies du groupe TUI est exploitée sous un nom et un certificat d’opérateur aérien (AOC) différent : Corsair International en France, TUIfly en Allemagne, Thomson Airways au Royaume-Uni, TUIfly Nordic en Suède, Jetairfly en Belgique et Arkefly aux Pays-Bas. Ensemble, ces transporteurs opèrent une flotte combinée de 144 appareils vers 180 destinations dans le monde.

Toutes ces compagnies, à l’exception de Corsair, seront cependant regroupées sous un même nom d’ici trois ans. TUIfly, Thomson Airways, TUIfly Nordic, Jetairfly et Arkefly seront rebaptisée « TUI », a indiqué le groupe le 13 mai. Elles garderont leur propre AOC, mais fonctionneront selon une « organisation centralisée » , y compris pour l’ingénierie et la maintenance.

Ce nouveau modèle vise à l’interopérabilité complète des flottes et des équipages, à la centralisation des moyens informatiques, à l’optimisation de la flotte long-courrier avec une planification et un déploiement communs, et à la réalisation d’économie d’échelle sur tous les contrats pour les approvisionnements. Chaque transporteur demeurera cependant responsable des affectations de son propre personnel.

« Il sera beaucoup plus facile avec une seule marque forte d’utiliser les appareils de la flotte européenne ainsi que les équipages à travers les différents pays, comme l’exige la demande. Avec une plus grande efficacité de ses compagnies aériennes, TUI vise une amélioration de performances opérationnelles de l’ordre de 50 millions d’euros par an d’ici 2018 » , a précisé le groupe dans son communiqué.

Quant à Corsair qui n’est pas concernée par ces mesures, elle « recherche toujours un partenaire. Mais il n’y a pas d’urgence » , selon son PDG Pascal de Izaguirre qui était interrogé par France Antilles après l’échec de la fusion avec Air Caraïbes. « Le groupe TUI est derrière nous, fait son devoir d’actionnaire et Corsair peut compter pleinement sur son soutien pour nous donner tous les moyens de notre développement » , avait-il rajouté. La compagnie espère retrouver l’équilibre financier durant l’exercice fiscal en cours.

Crédit photo : Boeing 787-8 de Thomson Airways (groupe TUI) – © Boeing

Laissez un commentaire