Interview avec Frantz Yvelin, PDG de La Compagnie : « Londres démarre mieux que n’avait démarré Paris »

Equipage La Compagnie - © La Compagnie

Moins de trois semaines après le lancement d’une seconde ligne « tout classe Affaires » entre Londres et New York, Frantz Yvelin, le PDG de La Compagnie, ne cache pas sa satisfaction, mais aussi sa fierté. La boutique airline française ne va pas en rester là : elle s’apprête à lancer un programme de fidélisation et elle veut se développer, a révélé le PDG lors d’une interview à Air Info.

Frantz Yvelin, PDG de La Compagnie

Frantz Yvelin, PDG de La Compagnie

Air Info : vous venez de lancer votre deuxième ligne, Londres – New York. Etes-vous satisfait ?

Frantz Yvelin : Très satisfait. Londres démarre mieux que n’avait démarré Paris. Je rigole quand je lisais l’année dernière que n’allions pas tenir trois mois. Tout le monde au début nous a cassé du sucre sur le dos. Aujourd’hui je suis extrêmement fier d’avoir deux lignes tout classe Affaires vers New York, l’une au départ de Paris et l’autre au départ de Londres. C’est fantastique. Aucune autre compagnie ne l’avait fait avant nous et je pense que cela mérite d’être salué. Nous avons transporté en moins d’un an 15.000 passagers entre Paris et New York . C’est une réussite et le pari est en passe d’être gagné.

Air Info : votre produit est-il bien accueilli par vos clients ?

Frantz Yvelin : Nous avons réalisé une enquête auprès de nos passagers, et plus de 95% se disent satisfaits. Nos équipes font un travail remarquable, je tiens à le souligner. La satisfaction de nos clients est la plus belle récompense. Nous avons encore des améliorations à apporter et nous nous y employons quotidiennement. Mais nos passagers sont de plus en plus nombreux et de plus en plus récurrents.

Air Info : Envisagez-vous un programme de fidélisation ?

Frantz Yvelin : Oui, nous allons lancer dans quelques jours un programme de fidélité. Le nom et les modalités seront bientôt révélés, mais je peux déjà vous préciser que tous ceux qui ont voyagé avec nous depuis le début se verront créditer de leurs miles. Les plus fidèles pourront bénéficier d’un billet gratuit pour New York très rapidement !

Air Info : Après Londres – New York, comptez-vous ouvrir de nouvelles lignes ?

Frantz Yvelin : Nous n’allons pas rester avec un seul aller-retour sur Londres et Paris. Nous aimerions nous développer, mais il faut d’abord que nous nous stabilisions. Pour de nouvelles lignes, des vols tout business de moins de cinq heures, ce n’est pas envisageable, sauf peut-être pour Moscou. Au-delà de cinq heures, ça nous intéresse. Nous visons plutôt des vols d’au moins 7 à 8 heures et nous continuons de regarder vers l’Amérique mais aussi l’Asie.

Air Info : Pour cela, il faut de nouveaux avions.

Frantz Yvelin : Clairement, nous n’allons pas rester à deux avions. Nous aurons besoin d’un outil de remplacement aux 757. Il faudra y penser l’année prochaine. Nous regardons ce que font les deux constructeurs, Boeing pour le 737 MAX 9 et Airbus pour l’A321neo LR. Il y a aussi le 767, assez simple à trouver sur le marché, et l’A330-200, qui est un bon avion. Le 787-8 nous plaît mais il est très cher et il y a de l’attente.

Air Info : Pensez-vous avec vos opérations nuire aux grandes compagnies aériennes sur le transatlantique ? 

Frantz Yvelin : Soyons extrêmement modestes par rapport aux grands acteurs. Certains passagers ont pu voyager chez Delta et United, et s’ils viennent chez nous, c’est qu’ils ont une bonne raison. Mais ce n’est pas avec 74 sièges par jour dans chaque sens que nous allons changer la donne.

Air Info : Allez-vous passer des partenariats pour alimenter vos vols depuis Paris et Londres ?

Frantz Yvelin : Notre modèle économique, c’est de faire du point-à-point. Nous avons conscience que certains de nos passagers s’auto-connectent (prennent un vol de correspondance) mais il le font sous leur propre responsabilité. Nous pouvons envisager de leur faciliter la vie, avec des partenariats aériens ou ferroviaires. J’ai pris rendez-vous avec d’autres compagnies aériennes, mais encore faut-il trouver un accord. De toute façon, le projet n’est pas prioritaire. L’important maintenant, c’est de consolider.

> Plus d’actualités sur La Compagnie

Crédit photo : B757-200W de La Compagnie – © La Compagnie

…….