Crash de Germanwings : l’Union Européenne avait relevé des « problèmes » au sein de l’autorité de l’aviation civile Allemande

Airbus A320 D-AIPX de Germanwings - © Planespotters / Stefan Siegenthaler http://www.planespotters.net/Aviation_Photos/photo.show?id=436998

Airbus A320 D-AIPX de Germanwings – © Planespotters / Stefan Siegenthaler

Plusieurs mois avant le crash du vol 4U 9525 de Germanwings qui a fait 150 morts le 24 mars, l’Agence Européenne de Sécurité Aérienne (EASA) avait identifié des « problèmes » au sein de l’autorité de l’aviation civile Allemande qui n’aurait pas été à même d’effectuer ses missions de contrôle auprès des compagnies aériennes.

 

La Commission Européenne a demandé dès le mois de Novembre 2014 à Berlin de « remédier à des problèmes de longue date » au sein de son aviation civile, a révélé le Wall Street Journal dans son édition du 04 Avril.

En particulier, le Luftfahrtbundesamt (LBA), l’autorité Allemande chargée de réguler, contrôler et certifier les compagnies aériennes du pays, aurait été en sous-effectifs, ce qui l’aurait empêché de mener des inspections sur les avions et les équipages, telles que des contrôles médicaux.

La Commission Européenne a confirmé les manquements relevés au sein du LBA, sans toutefois en préciser la nature. « Sur la base des recommandations de l’EASA, la Commission a demandé à l’Allemagne de se mettre en conformité. Les réponses apportées par l’Allemagne sont actuellement en cours d’évaluation » , a indiqué la Commission Européenne.

Celle-ci a par ailleurs précisé que tous les Etats membres de l’Union Européenne subissaient régulièrement des inspections de la part de l’EASA dans le cadre d’un système continu de surveillance. Les conclusions de ces contrôles sont suivies par des mesures correctives, comme un audit.

Il n’est pas certain que les déficiences du LBA relevées par l’EASA aient joué un rôle quelconque dans le crash du vol 4U 9525, provoqué délibérément par le copilote Andreas Lubitz, note cependant le Wall Street Journal.

Mais le BEA, chargé de l’enquête sur l’accident, a indiqué que ses investigations viseraient aussi à « étudier les failles systémiques qui auraient pu conduire » au drame.

Le groupe Lufthansa, qui détient Germanwings, avait eu connaissance qu’Andreas Lubitz avait traversé une sévère dépression dans le passé, posant ainsi la question de la rigueur avec laquelle les régulateurs et les compagnies aériennes contrôlent médicalement leurs équipages.

> Plus d’actualités sur le crash de Germanwings 4U 9525

…….

Laissez un commentaire