Crash de Germanwings : la deuxième boite noire confirme l’action volontaire du copilote

Crash de Germanwings dans les Alpes - © Gendarmerie Nationale

Crash de Germanwings dans les Alpes – © Gendarmerie Nationale

L’analyse de la deuxième boite noire de l’Airbus A320 de Germanwings qui s’est écrasé dans les Alpes le 24 mars confirme l’action volontaire du copilote pour faire descendre l’appareil, a indiqué vendredi le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA).

 

« Une première lecture fait apparaître que le pilote présent dans le cockpit a utilisé le pilote automatique pour engager l’avion en descente vers une altitude de 100 ft (soit environ 30 m, NDLR), puis, à plusieurs reprises au cours de la descente, le pilote a modifié le réglage du pilote automatique pour augmenter la vitesse de l’avion en descente » , a indiqué le BEA dans un communiqué le 3 avril.

Le BEA ne livre aucun autre élément mais indique que ses « travaux continuent pour établir le déroulement factuel précis du vol ».

La seconde boîte noire, le Flight Data Recorder (FDR), qui enregistre les paramètres du vol, a été découverte jeudi 2 avril par les gendarmes en charge des recherches sur les lieux du site de l’accident. le FDR « a été acheminé vers les locaux du BEA hier dans la soirée. Les équipes du BEA ont débuté les opérations d’ouverture dès son arrivée » , a précisé le Bureau.

La première boîte noire, le Cockpit Voice Recorder (CVR) qui enregistre les voix dans le poste de pilotage, avait été retrouvée le jour même du crash. Son analyse avait révélé que le copilote Andreas Lubitz était seul dans le cockpit au moment du drame et qu’il avait par son action, « volontairement permis la chute de l’avion« , selon le procureur Robin qui avait révélé ces informations le 26 mars lors d’une conférence de presse à l’aéroport de Marseille-Provence à Marignane.

…….

Laissez un commentaire