Thaïlande : inquiétudes grandissantes sur la sécurité du transport aérien

Airbus A380 de Thai Airways - © Airbus

Airbus A380 de Thai Airways – © Airbus

L’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) s’inquiète de la sécurité des opérations aériennes en Thaïlande. Elle a mené un audit dont le résultat n’a pas encore été officiellement publié, mais les compagnies aériennes de ce pays en subissent déjà les conséquences à l’étranger.

 

Le Japon interdit désormais à toutes les compagnies aériennes immatriculées en Thaïlande d’augmenter leurs vols, de modifier les destinations, ou de changer d’équipement vers son territoire, a indiqué jeudi le ministre des Transports de Thaïlande, cité par le Bangkok Post.

Les autorités Japonaises expliquent que la mesure est temporaire, et délivrée en raison de préoccupations sur la capacité des  compagnies aériennes de Thaïlande à satisfaire pleinement aux normes internationales de sécurité.

Les opérations de Thai Airways, Thai Air Asia X, NokScoot et Asia Atlantic Airline sont concernées. Des vols supplémentaires prévus en avril pour le Songkran (le nouvel an Bouddhique) sont annulés (dont cinq pour Thai Airways), et les nouveaux services prévus à partir du mois de mai de NokScoot vers Tokyo et Osaka, ainsi que Thai Air Asia X vers Sapporo, sont compromis.

Les difficultés de ces transporteurs pourraient s’étendre. Ainsi, la Corée du Sud envisage de prendre des mesures similaires. Celles-ci pourraient concerner en premier lieu NokScoot, qui doit ouvrir également en mai une ligne vers Seoul Incheon.

Ces développements interviennent alors que l’OACI a effectué un audit en Thaïlande du 19 au 30 janvier dernier, dix ans après sa dernière évaluation qui datait de 2005.

Les contrôles de l’agence des Nations-Unis visent à évaluer la capacité globale d’un pays pour assurer la sécurité des opérations aériennes, et c’est là que la bât blesse : l’OACI a pointé des dysfonctionnements au sein de l’administration de l’aviation civile Thaïlandaise, en raison de lacunes dans la formation de ses personnels, de sous-effectifs et de trop faibles rémunérations.

Elle a aussi noté un possible conflit d’intérêt dans les missions du Département de l’Aviation Civile, qui intervient à la fois en tant que régulateur des compagnies aériennes et opérateur de 28 aéroports dans le pays.

Le rapport définitif de l’OACI est attendu pour le mois de mai, mais les gouvernements ont été prévenus de ses inquiétudes le 20 mars, affirme Associated Press.

Le ministre des Transports de Thaïlande s’est dit « déçu » de l’attitude de l’OACI, qui n’a pas attendu sa réponse, et a jugé « prématurée » la réaction des autorités Japonaises.

« Les compagnies Thaïlandaises ne sont pas des compagnies à risque, et l’OACI est chargée d’évaluer le Département de l’Aviation Civile, pas les compagnies Thaïlandaises » , a-t-il déclaré, tout en ajoutant que des mesures correctives allaient être prises.

Dix compagnies opérant des vols internationaux bénéficient d’une licence de sécurité délivrée par la Thaïlande, ainsi que dix compagnies domestiques et charters et une compagnie cargo.

…….

Un commentaire sur “Thaïlande : inquiétudes grandissantes sur la sécurité du transport aérien

  1. Pingback: Thaïlande : inquiétudes grandissantes sur la sécurité du transport aérien (Air Info) | Tsimok'i Gasikara

Laissez un commentaire