Bombardier : le CS300 effectue son vol inaugural [photos + vidéos]

Vol inaugural du Bombardier CS300 - © Bombardier

Vol inaugural du Bombardier CS300 – © Bombardier

Grande première pour Bombardier : son nouveau CS300 a pris les airs pour la première fois hier. Avec ce nouveau modèle, le constructeur Canadien entend s’imposer sur un marché dominé aujourd’hui par Airbus et Boeing.

 

Le CS300 a effectué son premier vol le 27 février 2015. L’appareil immatriculé C-FFDK, a décollé de l’aéroport international de Montréal–Mirabel où est basé l’avionneur à 11 h et y est revenu à 15 h 58, réalisant ainsi un vol de presque cinq heures. L’avion d’essai a atteint une altitude de 41 000 pieds (12 500 mètres) et une vitesse de 255 nœuds (470 km/h).

Initialement prévu la veille mais retardé pour des raisons météorologiques, l’événement était attendu. « À l’usine de Bombardier de Mirabel, Québec, plus de 2.000 employés de Bombardier, des membres du conseil d’administration, des partenaires, des fournisseurs et des clients ont bravé des températures glaciales pour assister au vol » , a indiqué Bombardier.

Pour le constructeur, le baptême de l’air est réussi : l’avion et ses systèmes ont affiché les performances prévues, a-t-il noté. « Notre programme d’avions CSeries progresse bien, avec des résultats d’essais conformes aux prévisions, sinon meilleurs » , a précisé le vice-président de Bombardier, Rob Dewar.

Le CS300 rejoint maintenant les cinq appareils d’essai CS100 qui ont accumulé plus de 1.000 heures de vol, en vue de la certification. « Nous sommes convaincus que l’avion CS100 recevra son homologation au second semestre de 2015, qui sera suivie rapidement de son entrée en service. L’avion de ligne CS300 devrait suivre environ six mois plus tard » , a souligné le vice-président de Bombardier.

Avec le CS300 dont la capacité maximale en version haute densité atteint 160 sièges, Bombardier tente de s’imposer sur un marché dont il était absent jusqu’à présent, mais qu’occupent déjà Airbus et Boeing, avec leurs A319 et 737-700.

A ce jour, le CS300 a enregistré 180 commandes fermes. C’est nettement plus que les futurs modèles concurrents des deux géants de l’aéronautique, l’A319neo et le 737 MAX 7, vendus respectivement à 45 et 81 exemplaires à ce jour.

Bombardier explique que « le CS300 présente les meilleurs coûts par siège-kilomètre dans sa catégorie, ce qui en fait la solution la plus rentable pour les marchés desservis par des avions intermédiaires de moins de 150 passagers par vol et la solution idéale pour un éventail de marchés allant des liaisons court-courriers aux vols transcontinentaux » .

Reste à savoir quelle sera la rentabilité du programme CSeries, dans lequel le constructeur Canadien, après plusieurs retards et quelques déboires, aurait englouti 5,4 milliards de dollars selon l’agence d’informations financières Bloomberg.

Le CS100, d’une capacité maximale de 125 sièges, s’est vendu pour sa part à 63 exemplaires, portant ainsi à 243 le total des ventes du CSeries.

> Plus d’actualités sur Bombardier

…….

…….

Laissez un commentaire