TransAsia Airways : des temps d’escale trop courts, des pilotes insuffisamment formés ?

ATR 72-600 de Transasia Airways avant son départ de Toulouse pour Taïwan. © gimbellet http://www.flickr.com/people/30415438@N06/

ATR 72-600 de Transasia Airways avant son départ de Toulouse pour Taïwan. © gimbellet

A la suite du crash du vol TransAsia GE222 en Juillet 2014, les autorités de l’aviation civile Taïwanaises se sont inquiétées des temps d’escales trop courts que prévoyait la compagnie pour ses ATR. Elles ont imposé une durée minimale mais TransAsia Airways a cherché et obtenu un délai pour reporter la mise en place de cette mesure. Les décisions récentes des autorités Taïwanaises laissent penser que l’utilisation intensive de la flotte d’ATR et une formation insuffisante des pilotes ont compromis la sécurité des vols de TransAsia qui a subi deux accidents mortels avec ce type d’appareil en l’espace de sept mois.

 

Selon la nouvelle réglementation décidée plus tôt cette année, TransAsia Airways devait respecter des temps d’escales d’au moins trente minutes entre deux rotations afin que les pilotes puissent faire une pause, s’assurer du carburant et commencer les vérifications pour le vol suivant. En cas d’infraction, elle s’exposait d’abord à une lettre de rappel, puis en cas de récidive dans les six mois, à une amende d’un montant équivalent à 95.400 dollars.

Mais les autorités de Taïwan ont repoussé la mise en place de cette mesure au 1er Mars 2015, à la demande de TransAsia Airways qui a argumenté que les horaires des vols pour Janvier et Février avaient été publiés.

Pourtant la mesure était destinée à améliorer les performances de la compagnie en matière de sécurité, indique l’agence Bloomberg qui cite trois sources indépendantes. La décision visait uniquement TransAsia et sa flotte d’ATR. Les autorités estimaient que la compagnie prévoyait des temps d’escale trop courts pour ses turbopropulseurs, ce qui pouvait ouvrir des failles dans la sécurité des opérations.

Or le 04 Février 2015, les pilotes du vol GE235 en étaient à leur deuxième rotation de la journée entre Taipei Songshan et Kinmen, où ils auraient vraisemblablement bénéficié d’un temps d’escale de vingt minutes seulement, alors qu’une opération de carburant a été effectuée, selon le registre de bord de l’appareil publié par l’Administration de l’aéronautique Civile Taïwanaise (CAA).

Cependant, l’application de la règle des trente minutes minimum par escale n’aurait pas « nécessairement » empêché l’accident de se produire, a indiqué Clark Lin, le directeur de la réglementation de la CAA.

La mesure avait été décidée à la suite du crash le 23 Juillet 2014 d’un ATR72-500 à Magong sur l’île de Penghu, qui assurait le vol GE222 . 48 des 58 passagers et membres d’équipage avaient péri dans l’accident.

En fait, l’entrainement des pilotes de TransAsia Airways préoccupe aussi la CAA. L’administration a ordonné le 06 Février à la compagnie de faire suivre dans les quatre jours à tous ses pilotes d’ATR une nouvelle formation sur les procédures d’urgence. A l’issue, ils subiront des tests et ne seront autorisés à voler qu’en cas de réussite. La décision a entraîné dans un premier temps l’annulation provisoire de 90 vols de TransAsia Airways entre samedi et lundi, puis de 52 autres vols entre lundi et mardi.

Une lecture préliminaire des boites de noires du vol GE235 a révélé que le moteur droit de l’ATR72-600 s’est mis au ralenti quatre minutes après le décollage. Les pilotes ont ensuite coupé le moteur gauche qui fonctionnait normalement, si bien que l’appareil a perdu toute puissance. Il s’est écrasé quelques secondes plus tard. Le comportement du moteur droit et l’action des pilotes sur le moteur gauche restent pour l’instant inexpliqués.

L’accident du vol GE235 a fait au moins 40 morts sur les 58 passagers et membres d’équipage. 3 personnes sont toujours portées disparues.

> Plus d’actualités sur le vol GE235

…….

Laissez un commentaire