Brussels Airlines a-t-elle eu raison de changer de stratégie ?

Airbus A330 de Brussels Airlines au décollage © Brussels Airlines

Airbus A330 de Brussels Airlines au décollage © Brussels Airlines

Pour combattre l’essor des low-cost sur son propre terrain, Brussels Airlines a changé de stratégie en cours d’année 2014. Bien sûr, il faudra attendre les résultats financiers pour savoir si la décision a été payante. Mais les passagers ont apprécié : la compagnie Belge a enregistré l’année dernière la plus forte croissance de son histoire.

 

En 2014, 6.608.867 passagers ont voyagé avec Brussels Airlines, soit 757.749 de plus qu’en 2013, représentant une augmentation de 13% en un an. Il s’agit de la plus forte croissance en termes de passagers depuis la création de la compagnie en 2006, partiellement détenue par Lufthansa. En comparaison, la croissance s’est établie à 2% entre 2012 et 2013.

Brussels Airlines explique cette performance « record » grâce à la nouvelle stratégie commerciale introduite en 2014. Celle-ci a « porté ses fruits », dit-elle, en soulignant « les nouvelles formules de voyage, des tarifs attractifs et l’expansion du réseau » . La performance est d’autant plus remarquable que « la plupart des compagnies aériennes européennes enregistrent une croissance pour 2014 de l’ordre de 3% » .

En Juillet 2014, Brussels Airlines a présenté une nouvelle gamme tarifaire déclinée en quatre niveaux (check&go, light&relax, flex&fast, bizz&class), avec des tarifs débutant à 69 € TTC l’aller-retour pour des vols intra-Européens. A ce prix-là, les services sont « basiques » , mais l’accès au salon, la réservation de plats cuisinés dès la réservation, ou le siège libre à côté de soi restent disponibles pour le niveau tarifaire le plus élevé. Les billets sont modifiables « dans certaines limites » , dès le deuxième niveau, tandis qu’un service de boisson et repas gratuit est disponible à partir du troisième.

« Les voyageurs de Brussels Airport ont plus que jamais accès à une offre très large. Dans ce contexte nous sommes ravis de voir que de plus en plus de passagers nous font confiance. Nos nouvelles formules de voyage et nos prix très compétitifs sont très bien perçus par le marché. De plus notre stratégie visant à développer, outre notre offre pour les voyageurs d’affaires, des formules de voyages pour les vacanciers a visiblement été le bon choix » , indique le directeur exécutif de Brussels Airlines, Bernard Gustin.

Le changement de stratégie apporté en cours d’année 2014 se voulait une réponse à l’essor des compagnies low-cost sur le hub de Bruxelles Zaventem, où se sont implantées en Novembre 2013 Ryanair et Vueling, cette dernière opérant notamment jusqu’à 200 vols hebdomadaires. Etaient déjà présentes sur la première plateforme Belge easyJet, JetAirFly et Thomas Cook Belgium.

Or la préservation des parts de marché en Europe est cruciale pour Brussels Airlines, qui assure l’essentiel de ses opérations sur le vieux continent : sur les 6,6 millions de passagers transportés en 2014, 5,6 millions ont volé sur le réseau court ou moyen-courrier. 222.781 passagers ont voyagé sur les lignes transatlantiques et 751.805 voyageurs ont emprunté un vol entre Brussels Airport et le continent africain.

Parallèlement, le taux d’occupation s’est « amélioré significativement » à l’échelle du réseau, en augmentation de 2,8 points pour s’élever à 72%.

Brussels Airlines note cependant que les chiffres passagers annuels ont été influencés négativement au cours du mois de décembre en raison des grèves provinciales et nationales. La croissance en décembre a ainsi été limitée à 6,8%.

> Toute l’actualité de Brussels Airlines

……..

Laissez un commentaire