WestJet dément des rumeurs de détournement

Boeing 737 de WestJet © Westjet

Boeing 737 de WestJet © Westjet

La compagnie low-cost Canadienne WestJet a été amenée à démentir ce dimanche des rumeurs selon lesquelles un de ses appareils avait fait l’objet d’un détournement après qu’un site de suivi en vol des avions eu envisagé cette possibilité.

 

WestJet a démenti le 10 Janvier que le vol WS 2154 Vancouver-Puero Vallarta avait été détourné.

La rumeur découlait d’un tweet du site Flightradar24 vers 00h30 heure de Paris le 11 Janvier. Le site de suivi en vol a indiqué qu’un appareil de la compagnie émettait sur la fréquence 7500 réservée aux détournements, tout en signalant avec prudence qu’il pouvait s’agir d’une erreur.

Capture d’écran 2015-01-11 à 09.49.38

 

Il n’en a pas fallu davantage pour mettre en alerte Internet, certains utilisateurs jugeant utile de prévenir les médias.

Capture d’écran 2015-01-11 à 09.49.20

Capture d’écran 2015-01-11 à 09.48.49 Capture d’écran 2015-01-11 à 09.48.25 Capture d’écran 2015-01-11 à 09.48.07 Capture d’écran 2015-01-11 à 09.47.34

WestJet a été amenée à réagir peu de temps après l’événement. « WestJet peut confirmer que la rumeur selon laquelle le vol WestJet 2154 de Vancouver à Puerto Vallarta, au Mexique, a été détourné cet après-midi [heure locale, ndlr] est complètement fausse » , a  indiqué la compagnie dans un communiqué, ajoutant qu’elle n’avait « aucune preuve qu’un tel signal ait été transmis » .

Aussi bien l’équipage et le contrôle aérien ont confirmé que le code 7500 n’avait jamais été envoyé ou reçu, dit-elle, et « les tests sur le transpondeur de l’avion montrent qu’il fonctionne (et fonctionnait) normalement » , précise-t-elle.

Le vol 2154 s’est posé à Puerto Vallarta comme prévu et a effectué son vol retour vers le Canada. WestJet a cependant remercié tous ceux qui s’était soucié de ses passagers et de son personnel.

L’affaire intervient quelques jours seulement après la sanglante attaque terroriste contre Charlie Hebdo et un super marché Kasher à Paris, qui a incité à un relèvement des niveaux d’alerte en Europe et aux Etats-Unis.

Elle ouvre aussi le débat sur le rôle que peuvent avoir les médias sociaux en propageant des informations non confirmées.

……..

Laissez un commentaire