Crash Air Asia QZ8501 : les boites noires introuvables ce jeudi

Airbus A320 d'Indonesia Air Asia PK-AXC disparu le 28 Décembre 2014 - cc wikimedia

Airbus A320 d’Indonesia Air Asia PK-AXC disparu le 28 Décembre 2014 – cc wikimedia

Après la découverte hier de la queue de l’Airbus A320 d’Indonesia Air Asia, les plongeurs se sont activés ce jeudi pour tenter de récupérer  les deux enregistreurs de vol ainsi que de nouveaux corps, en vain.

 

Des équipes de plongeurs ont tenté ce 08 janvier de scruter une zone de 30 miles nautiques par 10 miles nautiques autour de l’endroit où gît la queue du vol QZ8501 par trente mètres de profondeur dans la mer de Java.

Les autorités pensent en effet que les enregistreurs de vols ont pu se détacher de la queue de l’appareil retrouvée hier, « en raison de l’impact ou d’autre chose » , selon un responsable du Comité National Indonésien pour la Sécurité des Transports (KNKT), M. Nurcahyo, qui se dit dans cette éventualité « certain qu’ils ne seront pas loin de [la queue de l’avion] » .

Les recherches pour les localiser acoustiquement sont demeurées infructueuses. Huit navires dont six équipés pour détecter un signal en provenance de leurs balises ULB sont présents sur la zone. Un seul signal a été écouté mardi 06 Janvier, mais aucun autre n’a été confirmé depuis. Selon le responsable du KNKT, les pings envoyés par ces balises « ne sont pas puissants » , et surtout il y a des « perturbations » , en provenance des autres bateaux, voire des avions, estime-t-il.

Les plongeurs ont pour mission de repérer tout objet orange, la couleur des enregistreurs de vol, de prendre des photographie à fin d’identification, mais rien de tel n’a encore été trouvé aujourd’hui. Les opérations sous-marines sont compliquées par une visibilité réduite, inférieure à un mètre aujourd’hui, et par de forts courants.

Pourtant le temps presse : les balises ULB ont une autonomie limitée à environ 30 jours après leur déclenchement automatique, ce qui laisse environ une vingtaine de jours pour les retrouver.

Des plongeurs d’élite de la marine Indonésienne se sont rapprochés ce matin de la queue de l’appareil, mais en raison de l’état de la mer, ils n’ont pas vu vérifier si les enregistreurs de vol s’y trouvaient encore. Une autre plongée est envisagée plus tard dans la journée si le temps le permet.

Des moyens sont également mis en place pour extraire la queue des fonds marins à l’aide d’une grue.

La récupération des deux enregistreurs de vol (le CVR pour les conversations à l’intérieur du cockpit le FDR pour les paramètres de vol) est cruciale pour comprendre les causes de l’accident du 28 Décembre qui a coûté la vie à 155 passagers et 7 membres d’équipage. Il faudrait néanmoins plusieurs semaines pour les analyser, en fonction de leur état, dans l’éventualité où ils seraient retrouvés, selon les autorités Indonésiennes.

Celles-ci donnent toujours la priorité à la récupération des corps, pour les rendre à leur famille ou aux proches des victimes. Quarante-trois ont été repêchés depuis le début des opérations.

Les enquêteurs pensent que des corps ont pu rester prisonniers à l’intérieur de la section principale du fuselage, mais celle-ci n’a toujours pas été localisée.

Laissez un commentaire