Crash d’Air Asia QZ8501 : de nouveaux débris détectés, pas de trace des boites noires

Les autorités Indonésiennes pensent avoir localisé sous l’eau un total de cinq morceaux de l’Airbus A320 d’Air Asia qui s’est écrasé dans la mer de Java le 28 Décembre sur la route Surabya-Singapour en effectuant le vol QZ8501, mais le mauvais temps ce dimanche continue de ralentir les efforts entrepris pour retrouver les boites noires et de nouveaux corps.

 

Une nouvelle découverte ce 04 Janvier porte à cinq le nombre d’objets détectés par sonar au fond de la mer, à l’intérieur d’une zone décrite comme la plus probable pour le site du crash, à 90 miles nautiques environ de la côte Ouest de Bornéo, selon Barsanas, l’agence Nationale Indonésienne de recherche et de Sauvetage.

Les objets sont de taille variable, mais situés à proximité les uns des autres. Le plus grand d’entre eux mesurerait 18 mètres de long, 5,4 mètres de large pour une hauteur de 2,2 mètres.

Les plongeurs qui se tiennent prêts pour inspecter le site par environ 30 mètres de fond n’ont pas encore pu descendre en raison de l’état de la mer. Les conditions météorologiques pourraient cependant s’améliorer dans la journée.

Depuis des navires spécialement équipés, des spécialistes sont à l’écoute d’éventuels signaux en provenance des balises ULB des deux enregistreurs de vol, mais les autorités n’ont pas mentionné avoir entendu quoi que ce soit. Ces « boites noires » en fait de couleur orange sont localisées dans la partie arrière des Airbus A320.

Vingt-sept bâtiments de plusieurs nationalités sont sur zone aujourd’hui, dont quatre à l’intérieur de celle identifiée comme prioritaire pour les recherches. Un corps a été récupéré ce matin, portant le total à 31 sur les 162 passagers et membres de l’équipage. 6 ont été identifiés.

Par ailleurs, l’agence Indonésienne de météorologie a avancé dans un rapport que le mauvais temps a pu contribuer à l’accident en provoquant un givrage des moteurs. « Sur la base des données disponibles pour l’emplacement du dernier contact avec l’avion, le temps a été un facteur déclenchant de l’accident » , affirme le rapport. « Le phénomène météorologique le plus probable est le givrage qui peut causer des dommages au moteur par un processus de refroidissement. Il s’agit d’une des possibilités qui a pu se produire, en fonction de l’analyse des données météorologiques existantes » , précise-t-il, en ajoutant que les turbulences ne sont vraisemblablement pas à l’origine de l’accident.

Trente six minutes après le décollage, les pilotes ont demandé à changer de route et à prendre de l’altitude pour éviter une zone orageuse, mais l’autorisation de changer de niveau a pris du temps et lorsqu’elle fut donné, le contrôleur aérien n’a eu aucune réponse. L’avion a disparu des écrans radars quatre minutes après.

QZ8501 : zone des recherches et localisation "probable" de l'épave principale le 04/01/2015

QZ8501 : zone des recherches et localisation « probable » de l’épave principale le 04/01/2015

QZ8501 : un gilet de sauvetage pour adulte a été récupéré

QZ8501 : un gilet de sauvetage pour adulte a été récupéré ce dimanche

……..

Laissez un commentaire