Brouillard à Abu Dhabi, des passagers restent bloqués sur le tarmac pendant 12 heures

Visualisation de l'aéroport d'Abu Dhabi © google / panoramio

Visualisation de l’aéroport d’Abu Dhabi © google / panoramio

L’aéroport d’Abu Dhabi a été temporairement fermé hier samedi en raison d’un épais brouillard, perturbant considérablement les opérations, notamment celles d’Etihad Airways. Les passagers à destination de San Francisco en ont fait les frais en restant bloqués dans l’avion sur le tarmac pendant 12 heures.

Les opérations d’Etihad Airways devraient revenir à la normale dans les prochaines 24 heures, selon un communiqué de la compagnie qui dit avoir subi des « perturbations extraordinaires » hier 03 Janvier sur son hub d’Abu Dhabi, en raison d’un épais brouillard qui a sévi dans la région.

Des équipes renforcées ont travaillé toute la nuit pour restructurer les horaires des vols, dont 20 ont été annulés, notamment ceux vers, mais aussi au départ de, Bruxelles, Casablanca, Francfort, Zurich, Milan, ou Delhi.

Un « grand nombre de passagers » ont été reportés sur des vols ultérieurs, ou transférés sur d’autres transporteurs, permettant ainsi de décongestionner l’aéroport ce dimanche. Les équipages dont les vols ont été annulés serviront à opérer les vols additionnels que compte mettre en place la compagnie dans les prochaines heures.

Au total, 2.000 chambres d’hôtels ont dû être réservées à Abu Dhabi pour héberger les voyageurs coincés dans l’Emirat.

Tous les passagers n’ont néanmoins pas eu cette chance. Ceux à destination de San Francisco sur le vol EY183 d’hier, assuré en Boeing 777-300ER, sont restés coincés sur le tarmac pendant 12 heures après la fermeture de l’aéroport.

Prévu pour durer déjà 16 longues heures à l’origine, le voyage aura pris 28 heures au total.

Mais le pire serait la façon dont les passagers auraient été traités à bord, selon des témoignages publiés en direct sur les réseaux sociaux.

Aucun repas n’a été servi pendant que l’avion stationnait au sol, signale un passager. Un autre fait état de conditions d’hygiène précaires, sans eau et sans papier, et aussi sans en-cas : « de toutes les compagnies aériennes, c’est la pire expérience de toute ma vie « , a déclaré Vinay Ramakrishna à son arrivée à San Francisco à la chaîne CBS news.

Et celle-ci de s’interroger sur les éventuelles compensations qui pourraient être versées aux passagers, en rappelant que si l’affaire s’était produite sur le territoire Américain, la compagnie serait assurée de faire face à de lourdes amendes pour avoir bloqué les passagers à l’intérieur d’un avion pendant plusieurs heures.

Selon la réglementation des Etats-Unis, après trois heures d’attente sur le tarmac pour un vol domestique, et quatre heures pour un vol international, les compagnies qui n’ont pas « libéré » les voyageurs à l’intérieur du terminal s’exposent à des pénalités qui peuvent atteindre 27.000 dollars par passager.

……..

Laissez un commentaire