Air France : un Boeing 777-300ER dérouté sur Montréal après la surchauffe d’un siège

Boeing 777-300ER d'Air France - © Air France

Boeing 777-300ER d’Air France – © Air France

Un Triple-Sept d’Air France Paris assurant la liaison Paris – Washington a été contraint de se dérouter vers Montréal jeudi en raison de la surchauffe d’un siège de la classe Affaires. L’incident n’est pas le premier du genre.

 

Le vol AF54 assuré en Boeing 777-300ER (immatriculé F-GSQL) était en route depuis Paris Charles de Gaulle vers Washington Dulles le 1er Janvier quand il s’est dérouté vers l’aéroport Trudeau de Montréal où il a effectué un atterrissage d’urgence en déclarant un mayday.

169 passagers et 17 membres d’équipage étaient à bord. L’appareil s’est posé en toute sécurité et aucun blessé n’a été signalé.

« Nous avons pris toutes les mesures pour nous assurer que l’avion pourrait atterrir en toute sécurité et il l’a fait il y a quelques minutes » , à déclaré François Asselin, porte-parole de Montréal Aéroports à la chaîne de télévision CTV à environ 16h00 locales. « Personne n’est blessé pour autant que nous le sachions » , a-t-il ajouté.

Air France a confirmé l’incident, évoquant un « problème technique mineur » et un déroutement vers Montréal rendu nécessaire « à fin de vérification » , sans plus de précisions.

Selon CTV, les pilotes ont décidé de se dérouter en raison de la surchauffe d’un siège de la classe Affaires.

L’incident n’est pas le premier du genre sur ce type d’appareil.  Le 8 Décembre 2013, un autre 777 d’Air France, le F-GSPK, assurant la liaison Atlanta Hartsfield – Paris Charles de Gaulle, a subi une surchauffe du siège 4F, en classe Affaires, mais il a continué sa route normalement : l’équipage a pu maitriser le début d’incendie après avoir coupé l’électricité au niveau du système vidéo. L’enquête menée par le BEA a conclu que la batterie Lithium d’un appareil électronique appartenant à un passager, tombée à l’intérieur du mécanisme du siège transformable électriquement en lit, était à l’origine de l’incident.

Le 23 Juillet 2011, un 777-200ER de British Airways (immatriculé G-VIIA), assurant le vol BA2159, avait rebroussé chemin au-dessus de l’Atlantique pour rentrer à Londres Gatwick (LGW) parce qu’un écran du système de divertissement avait pris feu.

En mai 2013, l’autorité Américaine de l’aviation civile (FAA) a publié une directive obligeant les transporteurs à modifier sous 45 jours certains éléments du système de divertissement sur l’ensemble des Boeing 777. Mais cette mesure ne s’imposait qu’aux compagnies aériennes enregistrées sur le territoire des Etats-Unis.

Au demeurant, le Triple-Sept n’est pas le seul type d’appareil sujet à ce genre d’incident : Deux Airbus A380 d’Air France, le F-HPJD le 29 Janvier 2014, ainsi que F-HPJC le 19 Janvier 2012, ont également dû se dérouter en raison en raison de courts-circuits sur le système de divertissement.

Le vol AF54 du 01/01/2015 a dû se dérouter vers Montréal en raison d'une surchauffe d'un siège - Photo © CTV News  / Tom Poldelec http://montreal.ctvnews.ca/air-france-plane-forced-into-emergency-landing-in-montreal-1.2169213#

Le vol AF54 du 01/01/2015 a dû se dérouter vers Montréal en raison d’une surchauffe d’un siège – Photo © CTV News / Tom Poldelec

……..

Un commentaire sur “Air France : un Boeing 777-300ER dérouté sur Montréal après la surchauffe d’un siège

Laissez un commentaire