Airbus A350 XWB : augmentation de la production et rentabilité vers 2019

Airbus A350-900 XWB en vol - © Airbus

Airbus A350-900 XWB en vol – © Airbus

Airbus et Qatar Airways ont ouvert une nouvelle page de l’aéronautique avec la livraison du premier A350 XWB le 22 Décembre. Mais pour l’avionneur, reste maintenant un défi à relever : l’augmentation des cadences de production, avec l’objectif d’assurer la rentabilité du programme « vers 2019 » .

 

Le programme A350 XWB contribuera positivement à la comptabilité d’Airbus à partir de 2019, c’est à dire au moment où les cadences de production auront atteint leur vitesse de croisière.

« Nous pensons commencer à devenir rentables vers la fin de la décennie, donc vers 2019 et, à partir de là, ce sera un des plus gros contributeurs à la profitabilité d’Airbus » , a déclaré le PDG d’Airbus, Fabrice Brégier, le 22 Décembre sur RTL.

Le directeur financier d’Airbus Group, Harald Wilhelm, avait indiqué le 10 décembre que l’A350 impacterait de façon négative  les comptes du groupe en 2015 et 2016, tout en prévoyant une amélioration en 2016 et en 2017.

Dans l’intervalle, Airbus devra assurer la montée en puissance du programme A350, une phase délicate et cruciale. Il ne tirera les bénéfices du programme qu’à partir du moment où il pourra livrer suffisamment d’exemplaires. La plus grosse partie du prix d’un avion est payée au moment de la livraison. Pour l’instant, le constructeur doit amortir les coûts de développement du programme.

Airbus s’est fixé un objectif de 10 A350 par mois à partir de 2018. Cette cadence est mesurée selon le nombre d’appareils entrant sur les lignes d’assemblage final. Elle sera atteinte en plusieurs étapes.

La production sera portée à trois exemplaires par mois dès le début 2015, puis augmentera pour atteindre pratiquement cinq exemplaires à la fin de l’année, quand débutera l’assemblage du premier A350-1000 XWB.

Airbus se dit confiant sur la réalisation de ses objectifs, estimant que le programme a déjà atteint une maturité satisfaisante. Depuis deux ou trois ans déjà, l’avionneur surveille sa chaine logistique, travaillant avec ses fournisseurs et sous-traitants, pour s’assurer qu’ils seront prêts à accélérer le moment venu.

Un autre aspect de la montée en puissance des cadences de production concerne la personnalisation des cabines. Airbus a tiré des leçons du programme A380, où l’introduction de chaque « tête de série » (le premier exemplaire pour un client) s’est révélée longue et complexe. « Nous avons complètement changé notre façon de personnaliser [l’A350 par rapport à l’A380]. L’A350 est beaucoup plus aisé à personnaliser et c’est un facteur-clé pour le succès de la montée en puissance » , indiquait lors de la livraison à Qatar Airways le directeur du programme A350, Didier Evrard, promu vice-Président des programmes au 1er Janvier 2015.

Après la livraison du premier exemplaire le 22 Décembre, Qatar Airways doit recevoir huit autres A350-900 XWB l’année prochaine. Deux autres compagnies aériennes mettront l’appareil en service cette année-là : Vietnam Airlines et Finnair. Leur tête de série est déjà sur les lignes d’assemblage final à Toulouse.

La production des composants du premier A350-1000 XWB est également en cours. L’assemblage final commencera au début 2016, pour un premier vol prévu au deuxième semestre 2016 et une entrée en service à la mi-2017.

A ce jour, Airbus a vendu 778 A350 XWB dans ces différentes variantes à une quarantaine de clients. Le constructeur estime que dans les vingt prochaines années, la demande pour ce type d’appareil, long-courrier de moyenne capacité, s’élèvera à 7.800 exemplaires, représentant un marché potentiel de 1.000 milliards de dollars, sur lequel il vise une part de 50%

Son concurrent Boeing a enregistré de son côté 1.055 commandes pour le 787 Dreamliner, lancé quelques années plus tôt et mis en service depuis 2011.

……..

 

Laissez un commentaire