Lyon Saint-Exupery affiche ses ambitions avec le futur Terminal 1

Futur Terminal 1 de Lyon Saint Exupéry

Futur Terminal 1 de Lyon Saint Exupéry

L’aéroport de Lyon Saint Exupéry s’agrandit : le chantier du futur Terminal 1 a débuté et la première pierre a été posée ce vendredi. L’objectif : devenir la première plateforme Française après Charles de Gaulle et Orly.

 

Lyon Saint Exupéry a de grandes ambitions : le quatrième aéroport de France avec 8,4 millions de passagers en 2013 veut « changer de dimension » et pratiquement doubler son trafic d’ici à 2025.

Pour y parvenir, il investit 180 millions d’euros dans la construction du futur Terminal 1. L’équipement prolongera le Terminal 1 existant, et remplacera une partie de l’actuel Terminal 3 pour se raccorder au satellite d’embarquement via la galerie souterraine.

Sa conception architecturale a été confiée au cabinet Britannique Rogers Stirk Harbour + Partners (RSH+P), qui a notamment réalisé le Terminal 5 de Londres Heathrow ou le Terminal 4 de Madrid Barajas. Il s’agissait de « créer une nouvelle identité au site, à dimension internationale, tout en conservant la cohérence et l’hétérogénéité de l’ensemble des bâtiments sans pour autant entrer dans une confrontation avec l’architecture remarquable de la gare TGV » , explique Aéroports de Lyon.

Le futur Terminal 1 représentera une surface neuve de 70.000 m², équivalente à celle de tous les terminaux actuels réunis. Tous les types d’avions pourront être accueillis, y compris l’Airbus A380. Les compagnies low-cost et les compagnies traditionnelles seront regroupées sous le même toit.

Le nouvel équipement a été conçu pour faciliter l’orientation et le flux des passagers afin d’améliorer l’expérience aéroportuaire. En zone réservée, 10.000 m2 seront consacrés à la détente, la restauration et au shopping. Les écrans afficheront une information précise sur le temps disponible avant de se rendre en salle d’embarquement, pour profiter au mieux du temps libre.

La première phase des travaux (53 000 m2) sera livrée fin 2016. Dans une seconde étape, l’ancien Terminal 3 sera démoli et le raccordement effectué entre le nouveau Terminal 1 et l’actuel Terminal 1 (17 000 m2), qui sera ensuite réaménagé pour porter la capacité de Lyon Saint-Exupéry à 15 millions de passagers annuels d’ici à 2025.

Avec cet objectif, la plateforme entend dépasser Nice Côte d’Azur (11,5 millions de passagers en 2013) dans la hiérarchie des aéroports Français.

Lyon Saint-Exupéry compte sur le développement du trafic low-cost pour porter sa croissance. « Cette extension vise à accroître, d’ici 2020, de 25% à 40% les parts de marché des compagnies low-cost qui domineront le court et le moyen-courrier en Europe » , souligne Philippe Bernand, Président du directoire d’Aéroports de Lyon.

L’aéroport cherche aussi à augmenter le nombre de liaisons long-courriers, notamment vers le Moyen-Orient et l’Asie. Il s’est associé à celui de Nice pour réclamer davantage de droits de trafic à l’Etat. Les entrepreneurs locaux ont lancé une pétition pour qu’Emirates puisse assurer un vol quotidien entre Dubai et Lyon, contre 5 fréquences hebdomadaires à l’heure actuelle.

« Nous demandons 50 à 60.000 offres de sièges en plus à Emirates » , explique Philippe Bernand. « Comparé aux 28 millions de sièges qui sont offerts à Air France pour les longs courriers [à Paris, ndlr] on ne va pas mettre en péril l’activité de la compagnie » , ajoute-t-il.

Le débat pourrait rebondir avec la privatisation annoncée d’Aéroports de Lyon pour 2015, sur le modèle de l’aéroport de Toulouse Blagnac, où l’Etat cèderait 49,9% de sa participation.

…….

Laissez un commentaire