Airbus : « un jour nous lancerons un A380neo et un A380 allongé »

Vue aérienne d'un Airbus A380 - © Airbus

Vue aérienne d’un Airbus A380 – © Airbus

Après l’évocation mercredi d’un possible arrêt du programme A380 avant la fin de la décennie par le directeur financier d’Airbus Group, le PDG d’Airbus, Fabrice Brégier, est monté au créneau jeudi pour rectifier le tir, en soulignant que deux évolutions sont envisagées pour le super Jumbo.

 

Le PDG d’Airbus, Fabrice Brégier, a indiqué qu’étaient à l’étude une version remotorisée de l’A380, l’A380neo, ainsi qu’une autre avec un fuselage allongé, l’A380-900.

« Un jour, nous lancerons l’A380neo, et un jour, nous lancerons un A380 allongé » , a-t-il déclaré le 11 Décembre à Londres au deuxième jour de la rencontre du groupe Airbus avec ses investisseurs.

La veille, le directeur financier d’Airbus Group, Harald Wilhelm, avait évoqué pour la première fois publiquement un arrêt éventuel du programme A380 par manque de rentabilité au-delà de 2018, après l’absence de nouveaux clients cette année, en contraste avec le succès des bimoteurs de nouvelle génération.

Ces propos ont suscité une réaction d’Emirates, première cliente de l’A380, qui a exprimé son mécontentement auprès de l’avionneur. « Je ne suis pas particulièrement content comme vous pouvez l’imaginer » , a dit son PDG, Tim Clark, à l’agence Reuters jeudi, confirmant que sa compagnie pourrait remplacer les 140 A380 commandés par 140 A380neo.

L’avenir de l’A380 semble être une pomme de discorde entre l’avionneur et la compagnie aérienne. Le mois dernier, Emirates avait critiqué le marketing d’Airbus, qui « pourrait en faire plus » pour vendre le super Jumbo selon elle.

Le PDG d’Airbus lui a indirectement répondu hier : « nous avons une dynamique commerciale sur l’A380, nous allons élargir la clientèle » , a déclaré Fabrice Brégier hier. « Nous devons obtenir plus de clients, et les convaincre que l’A380 a beaucoup plus d’avantages que d’inconvénients » , a-t-il ajouté face aux investisseurs.

Le projet d’un A380neo a déjà évoqué par Airbus, qui a cependant souligné que sa production n’était pas envisagée. « Nous l’étudions » , a révélé en Juin 2014 le directeur commercial, John Leahy, devant les médias internationaux à Toulouse. « Lorsque votre plus gros client vous encourage à l’étudier, vous continuez à l’étudier« , a-t-il dit, avant de préciser : « à l’heure actuelle, nous ne prévoyons pas de le construire » .

Airbus a également dans ses cartons un A380 « haute densité » , avec 11 sièges de front en Economie, résultant en une capacité accrue et un coût d’exploitation par siège inférieur à la version actuelle. La configuration nécessite cependant de surélever le plancher du pont principal dans sa partie centrale, et la solution ne convainc pas Emirates.

Quant à un A380 allongé, la possibilité a été prévue dès la conception de l’appareil, dont l’imposante voilure est d’ores et déjà adaptée à un fuselage plus long. Airbus a également indiqué que ce projet, mis en sommeil en 2010, pouvait être « réactivé à tout moment » .

Sept ans après sa mise en service, l’Airbus A380 a enregistré 318 commandes fermes à ce jour, contre 1.200 espérées au lancement du programme. Aucune commande n’a été annoncée depuis la signature en février 2014 du contrat avec le loueur Amedeo pour 20 exemplaires, alors qu’Airbus s’était fixé un objectif de 30 ventes pour cette année.

170 exemplaires restent à livrer, laissant à l’avionneur 5 années de production à la cadence actuelle d’environ 30 exemplaires par an.

Le développement d’une version remotorisée pourrait prendre jusqu’à 4 ans, ce qui supposerait qu’Airbus prenne une décision sur l’avenir du programme dans le courant de l’année prochaine.

…….

Laissez un commentaire