Airbus envisage l’arrêt de l’A380

L'Airbus A380 est autorisé à se poser en Inde - © Airbus

Airbus A380 lors d’une démonstration – © Airbus

Pour la première fois, Airbus a envisagé publiquement hier l’arrêt du programme A380 dont les ventes sont inférieures à ses prévisions, alors qu’Emirates voudrait une version neo modernisée et remotorisée.

 

Airbus devra bientôt prendre une décision sur l’avenir du programme A380 : sa rentabilité est assurée pour 2015, 2016, 2017, mais pas au delà, a indiqué le 10 Décembre le directeur financier d’Airbus, Harald Wilhelm, lors d’une journée investisseurs à Londres. Deux possibilités sont envisagées par l’avionneur : l’arrêt du programme ou une remotorisation de l’appareil afin de le rendre plus attractif, a-t-il expliqué.

A ce jour, l’A380 a enregistré 318 commandes fermes – loin des 1.200 espérées au lancement du programme -, sur lesquelles 148 exemplaires ont été livrés. Les 170 restants assurent encore 5 années de production à la cadence actuelle d’environ 30 exemplaires par an.

A condition toutefois que tous les clients honorent leurs contrats, et cela n’est pas assuré. Celles de Virgin Atlantic (pour six exemplaires) et d’Air Austral (pour deux exemplaires) apparaissent comme de plus en plus douteuses au fur et à mesure que le temps passe, tandis que celle de Hong Kong Airlines (pour 10 exemplaires) a disparu du carnet d’ordre de l’avionneur pour être remplacée par celle d’un client « non révélé » .

A ces incertitudes pour au moins 10% des livraisons restantes, s’ajoutent l’absence de nouvelles ventes. Aucune commande n’a été annoncée depuis la signature en février 2014 du contrat avec le loueur Amedeo pour 20 exemplaires, alors qu’Airbus s’était fixé un objectif de 30 ventes pour cette année.

La perspective d’un arrêt du programme n’est pas pour plaire à Emirates, premier client du super Jumbo avec un total de 140 exemplaires commandés. « L’A380 est un excellent avion. (…) C’est un aimant à passagers » , a déclaré ce matin Tim Clark, le Président d’Emirates, à Airlinesrating.

A terme, se posera pour la compagnie de Dubai la question du remplacement de sa flotte d’A380. Emirates voudrait qu’Airbus développe une version « neo » améliorée et remotorisée pour la prochaine décennie. Tim Clark estime que la perspective de rentabilité opérationnelle de l’A380neo est aussi bonne que le futur Boeing 777X qui doit rentrer en service vers 2018/2019 et dont elle a commandé par ailleurs 150 exemplaires. « Et nous sommes désireux d’acheter 140 A380neo » , a précisé Tim Clark.

En attendant une décision d’Airbus qui pourrait intervenir en 2015, Emirates augmentera la capacité de ses A380, en supprimant la Première classe sur une partie de la flotte pour être déployée vers les destinations à forte densité de trafic, comme Bombay ou Bangkok.

L’avenir des appareils quadrimoteurs paraît incertain : lundi, Boeing a signalé son intention de réduire les cadences de production de son 747-8, qui n’a enregistré aucune commande cette année, et dont tente-neuf exemplaires restent à livrer, assurant à l’avionneur environ 28 mois seulement de production.

…….

> Lire aussi : Airbus : « un jour nous lancerons un A380neo et un A380 allongé » (12/12/2014)

…….

Laissez un commentaire