Qantas : 4 avions déroutés en 3 jours

Airbus A380 de Qantas survolant la baie de Sydney - © Qantas

Airbus A380 de Qantas survolant la baie de Sydney – © Qantas

La compagnie Australienne Qantas a enregistré quatre déroutements d’avions en l’espace de trois jours, avec en filigrane une question : loi des séries ou défaut d’entretien ?

 

Après la descente en urgence dimanche 07 Décembre d’un Airbus A380 assurant le vol QF2 Dubai – Sydney, rapportée ici, un autre A380 de Qantas a dû se dérouter lundi : celui opérant le vol commercial le plus long du monde, entre Sydney et Dallas, un trajet de 15 heures environ.

Quatre heures après le décollage, le vol QF7 a rebroussé chemin en raison d’un incident technique affectant l’alimentation électrique des sièges, le système de divertissement en vol, ainsi que les toilettes. L’appareil « aurait pu continuer sa route en toute sécurité vers Dallas, mais la décision a été prise de revenir à Sydney pour le confort des passagers sur un vol très long » , a expliqué Qantas dans un communiqué. 

Le même jour, un troisième incident a impliqué cette fois-ci un Boeing 737 assurant la liaison Perth – Karratha (Nord-Ouest de l’Australie). Les pilotes ont décidé de faire demi-tour après l’émanation d’une odeur suspecte.

Mardi, un Boeing 717 reliant Hobart en Tasmanie à Melbourne a été contraint vingt minutes après le décollage de revenir lui aussi à son aéroport de départ, à cause d’un voyant de contrôle défaillant dans le cockpit.

Cette série d’incidents a amené le PDG de Qantas, Alan Joyce, à monter au créneau hier. La veille, une porte-parole de la compagnie avait maladroitement tenté de minimiser à la télévision l’incident du vol QF2, expliquant que l’appareil aurait pu continuer sans encombre son voyage vers Sydney au lieu de se dérouter vers Perth, car « l’air conditionné n’est pas nécessaire dans un avion » [elle avait omis de préciser s’il fallait dorénavant emporter à bord des vols de Qantas une combinaison polaire pour affronter les températures de -50 à -60° qui règnent en altitude…ndlr].

Alan Joyce a rappelé que « des milliers et des milliers » de vols se déroutaient chaque année. « Nos opérations sont vraiment fiables. Nous avons un très faible niveau de déroutements comparés à la plupart des compagnies dans le monde » , a-t-il déclaré le 09 Décembre à la presse depuis Brisbane. Selon lui, le taux de retour au sol chez Qantas serait moitié moins élevé que la moyenne.

Des informations avaient circulé selon lesquelles les incidents en série pourraient être liés à l’externalisation de la maintenance à l’étranger. « Foutaises » , a répondu Alan Joyce, précisant que Qantas étaient la seule compagnie Australienne à effectuer l’entretien de ses appareils sur le sol Australien dans ses centres de Sydney et Brisbane.

D’autres nouvelles autrement plus agréables auraient dû faire parler de Qantas. Après trois années de pertes, la compagnie commence à entrevoir le bout du tunnel. Au prix d’un plan de redressement sévère ayant conduit à la suppression de 5.000 postes, au retrait ou à l’annulation de 50 appareils, à la restructuration du réseau, et grâce à la baisse du prix du pétrole, Qantas devrait afficher un bénéfice avant impôts de 300 à 350 millions de dollars australiens pour le premier semestre de son exercice fiscal 2014-2015, contre 252 millions de dollars de perte le  semestre précédent.

…….

> Plus d’actualités sur Qantas

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

Un commentaire sur “Qantas : 4 avions déroutés en 3 jours

  1. Ce n’est pas la première fois que l’on parle d’une loi des séries en ce qui concerne Qantas, mais il me semble que la plupart des compagnies subissent aussi régulièrement des déroutements . En attendant ,aucun passager n’a été tué a bord de
    la compagnie a . » zéro crash  » , tout le monde ne peut pas en dire autant….

Laissez un commentaire