Le SNPL Air France valide sous condition le projet de développement de Transavia France

Boeing 737-800 de Transavia - © transavia

Boeing 737-800 de Transavia – © transavia

Le nouveau Bureau du Syndicat National des Pilotes de Ligne (SNPL) Air France signera le projet de développement de Transavia France, à condition que le groupe Air France-KLM s’engage par écrit à renoncer au lancement de Transavia Europe.

 

Les représentant des pilotes d’Air France membre du SNPL ont élu hier 4 Décembre leur nouvelle équipe dirigeante. A sa tête, Philippe Evain, comandant de bord sur A320, réputé comme faisant parti de la « ligne dure » du SNPL face à la direction de la compagnie.

Le nouveau Président a cependant reçu mandat de signer le projet de développement de Transavia France, afin de « respecter l’avis des pilotes » selon le porte-parole du syndicat.

Consultés par referendum dont l’issue a été connue la veille, ceux-ci avaient approuvé le projet à 52,75% (et à 61% pour les membres du SNPL).

Le feu vert des représentants du SNPL n’est cependant pas total : leur accord pour la signature du texte est conditionné à l’engagement par écrit du PDG du groupe Air France-KLM, Alexandre de Juniac, de renoncer au projet Transavia Europe.

Celui-ci prévoit le développement de Transavia en « low-cost pan-Européenne » avec des bases hors France et Pays-Bas (le Portugal et l’Allemagne avaient été envisagés). Les pilotes estiment que ce développement hors des frontières équivaut à un « dumping social » . Lors de la grève historique de Septembre, Alexandre de Juniac avait retiré ce projet pour apaiser les tensions, mais cette annonce n’a pas été pas formalisée de façon satisfaisante pour le SNPL.

Reste donc à connaître la position d’Air France-KLM sur cette exigence des pilotes. Interrogé hier, le groupe n’a pas souhaité s’exprimer.

En fait, son PDG n’a pas totalement abandonné l’idée d’installer Transavia à travers l’Europe, à l’image d’easyJet, de Ryanair, de Vueling (British Airways-Iberia) ou de Eurowings (Lufthansa).

« Si on peut discuter du développement de Transavia Europe avec les partenaires sociaux, discutons-en. Je pense qu’ils seront prêts assez vite. L’analyse objective montre que ce n’est pas un projet idiot qui consolide Transavia France et Transavia Europe. S’ils sont prêts, on le remet sur la table. S’ils ne le sont pas on ne le remet pas. Ce qui serait dommage car je pense que c’est très bon pour Air France-KLM, et très bon pour les pilotes et très bon pour les personnels. On ne le fera pas contre les personnels » , avait déclaré Alexandre de Juniac le 18 Novembre, rapportait ce matin La Tribune.

Une autre inconnue subsiste encore : la position de la centaine de pilotes de Transavia France. Ils doivent aussi donner leur accord sur le projet de détachement des pilotes d’Air France dans leur compagnie. Certains souhaiteraient plus de réciprocité.

Rappelons que le texte prévoit le développement de Transavia France dès l’été 2015, avec une flotte portée à 21 Boeing 737 au lieu de 14 actuellement, et la possibilité de 40 exemplaires à l’horizon 2019.

Ces appareils seraient pilotés en partie par des équipages d’Air France volontaires pour travailler chez Transavia France avec un double contrat de travail Air France-Transavia .

Plus de deux cents pilotes d’Air France ont déjà posé leur candidature pour un peu plus de soixante-dix postes à pourvoir chez Transavia, a indiqué la direction d’Air France.

…….

> Plus d’actualités sur Air France

> Plus d’actualités sur Transavia

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

Laissez un commentaire