Aéroport de Toulouse : l’Etat vend près de la moitié du capital à un consortium Chinois

Vue aérienne de l'aéroport de Toulouse Blagnac - © ATB

Vue aérienne de l’aéroport de Toulouse Blagnac – © ATB

L’Etat qui possède aujourd’hui 60% du capital de l’aéroport de Toulouse Blagnac ne gardera que 10,1% de ses parts, les 49,9% restants seront vendus au consortium Sino-Canadien Symbiose, a révélé jeudi soir le Ministre de l’Economie.

 

Composé des Chinois Shandong Hi Speed Group, Friedmann Pacific Investment Group (FPIG) et du Canadien SNC-Lavalin, le consortium Symbiose a finalement remporté l’appel d’offre lancé par l’Etat pour la cession de 49,9% du capital de l’aéroport de Toulouse Blagnac, sixième plateforme Française.

« Je tiens à préciser qu’il ne s’agit pas d’une privatisation mais bien d’une ouverture de capital dans laquelle les collectivités locales et l’état restent majoritaires avec 50,01 % du capital. On ne vend pas l’aéroport, on ne vend pas les pistes ni les bâtiments qui restent propriété de l’état. […] Nous avons cédé cette participation pour un montant de 308 millions d’euros » , a déclaré le Ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, dans une interview exclusive à La Dépêche

Celle-ci indique également que Symbiose pourrait dans un second temps céder jusqu’à 16 % de sa participation à un investisseur institutionnel Français comme la Caisse des dépôts, EDF Invest ou encore Crédit Agricole Predica.

L’offre de Symbiose était la mieux disante face à celles des deux autres prétendants, Aéroports de Paris et Vinci Airports, relevait le quotidien régional dans son édition du 4 Novembre. « L’écart de prix avec les concurrents est significatif », notait-il alors.

La possibilité que l’aéroport puisse passer aux mains d’intérêts Chinois a été sujette à controverse à Toulouse, voire à des propos anti-chinois. « J’appelle ceux qui, à Toulouse, sont attachés à l’emploi et au succès d’Airbus, de réfléchir à deux fois aux propos qu’ils tiennent. Notre pays doit rester attractif car c’est bon pour la croissance et donc l’emploi » , leur a répondu le Ministre.

Sujet à de nombreuses interrogations et inquiétudes à Toulouse, le projet de Symbiose sera bientôt détaillé. « Très prochainement, le consortium présentera son projet, dont le volet social, au Comité d’Entreprise d’ATB qui rendra son avis » , a sitôt réagi le Président du directoire d’Aéroport de Toulouse Blagnac (ATB), Jean-Michel Vernhes, à l’annonce de la décision du Gouvernement.  

« Il faut se rappeler que cette opération se déroule dans le cadre de la loi de 2005 sur la modernisation des aéroports français; l’objectif de cette loi est d’apporter un meilleur service aux usagers des aéroports et de donner aux plateformes françaises les moyens d’être plus performantes dans la compétition avec leurs homologues européennes. C’est pourquoi le consortium Symbiose arrive sans nul doute à Toulouse avec l’ambition de doter la capitale européenne de l’aéronautique d’une plateforme encore plus compétitive et ouverte sur le monde » , a-t-il précisé.

Enfin, le Président du Directoire indique : « Les nouveaux actionnaires entrent dans une entreprise saine, qui produit des bénéfices et des services dont la qualité est reconnue par ses clients. Cette situation est le fruit du travail quotidien de salariés qui se sont investis pour doter Midi-Pyrénées d’un outil performant, au service de l’économie régionale. C’est avec eux, et en s’appuyant sur leur expérience, que devra se construire l’avenir » .

L’aéroport de Toulouse Blagnac a accueilli plus de 7,5 millions de passagers en 2013, dont un peu moins de 2 millions ont été transportés par les compagnies low-cost.

Son trafic était pratiquement stable (+0,1%) par rapport à l’année précédente, en régression à l’international en raison d’une baisse de l’offre (-1,5%), contrairement au trafic national qui a enregistré une progression de 1,4 %, selon le rapport d’activité publié par l’aéroport pour l’année 2013.

…….

> Plus d’actualités sur les aéroports

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

Laissez un commentaire