TAP : grève des hôtesses et stewards pour la deuxième fois en un mois

© TAP

© TAP

Les personnels navigants de cabine de TAP ont été en grève hier dimanche occasionnant l’annulation de dizaines de vols et un coût élevé pour la compagnie Portugaise. Le mouvement est reconduit demain mardi.

 

Le syndicat Portugais des hôtesses et stewards (SNPVAC) avait déposé un préavis de grève pour les journées du 30 Novembre et du 02 Décembre 2014. Il s’agit du deuxième mouvement social en un mois déclenché par le SNPVAC qui demande que la compagnie TAP respecte ses engagements sur des conditions de travail et de rémunération signés en 2006.

Pour la journée d’hier, le mouvement a été « massivement » suivi hier dimanche par les équipages, selon le syndicat qui annonce un taux de participation à la grève de 98%, soit plus encore que la fois précédente.

Toujours selon le SNPVAC, seulement un tiers des vols prévus ont été réalisés hier par rapport au programme habituel qui prévoit un peu moins de 300 vols.

TAP a admis pour sa part que 28 vols avaient été annulés à la mi-journée du 30 Novembre, mais le syndicat affirme que ce chiffre ne prend en compte que les vols annulés « à chaud » , la compagnie ayant réussi à changer avant la grève les jours de voyage de la plupart de ses passagers. Ses calculs ne tiendraient pas compte des vols avec « zéro passager » .

« Tous les passagers réservés sur les vols ayant lieu pendant ces jours [de grève], dont les réservations comprennent des coordonnées de contact, ont été joints par la compagnie afin de changer leur vol à une date alternative » , peut-on d’ailleurs lire sur le site de TAP qui dit aussi avoir tout fait pour « minimiser l’impact de la grève » .

Celle-ci couterait à la compagnie 5 millions d’euros par jour et affecterait « sa réputation et son image », rapporte l’agence de presse Lusa qui cite une source interne à TAP.

Ce mouvement social intervient alors que le gouvernement Portugais a relancé officiellement le 13 Novembre le processus de privatisation du transporteur aérien dont il est le seul propriétaire aujourd’hui. 66% des parts sont mis en vente.

Selon le SNPVAC, le gouvernement Portugais considère que TAP, pour être plus attractive, doit avoir des conditions salariales le moins élevées possible.

Une seule offre d’achat pour TAP était parvenue au gouvernement Portugais lors de la première tentative de privatisation en 2012. Elle émanait  de Synergy Group, qui détient notamment la compagnie Colombienne Avianca. Le gouvernement a estimé à l’époque que les garanties bancaires apportées par Synergy étaient insuffisantes et a interrompu au début 2013 le processus de privatisation.

…….

> Plus d’actualités sur TAP

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés 

Laissez un commentaire